«Coup d'Etat» en Guinée équatoriale: les arrestations de Tchadiens se poursuivent

Vue du centre-ville de Malabo en Guinée équatoriale.
© STR / AFP

Les arrestations de ressortissants tchadiens se poursuivent en Guinée équatoriale, deux semaines après que les autorités de Malabo ont affirmé avoir déjoué une tentative de coup d'Etat. Une quarantaine de mercenaires avaient été interceptés au Cameroun, soupçonnés de fomenter un coup d'Etat en direction de Malabo. Parmi eux, des Tchadiens. Peu après, une soixantaine de commerçants tchadiens installés en Guinée équatoriale ont été arrêtés. Le ministre des Affaires étrangères tchadien, Mahamat Zen Cherif s'est alors rapidement déplacé à Malabo pour obtenir leur libération. Mais la Guinée équatoriale ne l'entend pas de cette oreille.

« Les Tchadiens innocents devaient être libérés immédiatement, mais à notre plus grande surprise il y a eu de nouvelles arrestations » confie à RFI ce jeudi Mahamat Zen Cherif, ministre des Affaires étrangères tchadien. En tout, une quarantaine de ressortissants tchadiens sont ainsi détenus à Malabo et dans les principales villes du pays.

La semaine dernière, les autorités équato-guinéennes ont affirmé que les Tchadiens arrêtés étaient en situation irrégulière. Un argument qui convainc peu Ndjamena. La Guinée équatoriale fait partie de la CEMAC, la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale, où règne la libre-circulation des personnes.

Ce jeudi, le ministre des Affaires étrangères équato-guinéen, Agapito Mba-Mapuy, a expliqué à RFI que ces arrestations font partie de l'enquête sur la tentative de coup d'Etat. « On essaie de voir s'il ne reste pas des terroristes sur notre territoire » a-t-il déclaré.

Une situation qui laisse perplexe à Ndjamena. « Il ne faut pas tout confondre, a confié Mahamat Zen Cherif. D'autant que le Tchad a immédiatement collaboré avec Malabo » a-t-il conclu.

Le ministre a envoyé il y a deux jours une note à son homologue équato-guinéen et entend régler au plus vite cette question par la voie diplomatique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.