Bénin: le climat social reste tendu

Médecins et infirmiers du CNHU de Cotonou, au Bénin. Les personnels de santé s'élèvent contre une loi supprimant le droit de grève dans certaines professions (image d'illustration).
© RFI / Delphine Bousquet

Le climat social reste tendu au Benin depuis le vote de la loi qui supprime le droit de grève à certains fonctionnaires, notamment les personnels de santé et les magistrats. La pression sur le pouvoir se maintient : ce vendredi matin, 7 centrales syndicales font un sit-in de protestation devant le Parlement. C'est dans ce contexte que le ministre de la Justice, Joseph Djogbenou, s'est exprimé pour la première fois sur la série de grève au cours d'un point suite au Conseil des ministres. Dans ce bras de fer, le gouvernement béninois justifie le vote de la loi et s'en remet à l'arbitrage de la Cour constitutionnelle qui doit se prononcer sur sa conformité.

Le droit des Béninois d'avoir accès aux soins mérite d'être protégé.
Joseph Djogbenou, ministre de la Justice du Bénin
12-01-2018 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.