Après les propos de Trump, le Sénégal convoque l’ambassadeur américain à Dakar

Le président sénégalais, Macky Sall, a demandé à son ministre des Affaires étrangères de convoquer l'ambassadeur américain à Dakar.
© AFP PHOTO/SEYLLOU

Au Sénégal, les propos de Donald Trump sur plusieurs pays africains ainsi que le Salvador et Haïti qu'il aurait qualifié de « pays de merde » ont fait réagir ce vendredi 12 janvier Macky Sall qui a déclaré sur les réseaux sociaux : « Je les rejette et les condamne fermement. L’Afrique mérite le respect et la considération de tous ». Le président sénégalais n’en est pas resté là. Il a demandé au ministre des Affaires étrangères, Sidiki Kaba, de convoquer l’ambassadeur américain au Sénégal.

L’entrevue entre Sidiki Kaba et l’ambassadeur Tulinabo Mushingi, convoqué au ministère, n’a duré que quelques minutes. Indignation et colère, le message adressé au président Trump est clair.

« Le gouvernement du Sénégal est indigné par les propos tenus par le président Donald Trump parce qu’ils sont attentatoires à la dignité humaine, à celle des Africains et de la diaspora en particulier », a déclaré Sidiki Kaba.

Dans l’histoire du Sénégal, c’est la troisième fois que l’ambassadeur américain est convoqué par les autorités. C’était arrivé deux fois durant la présidence d’Abdoulaye Wade. « C’est un acte très fort, insiste Sidiki Kaba. Cela signifie que cette question est prise très au sérieux par le président de la République Macky Sall. »

Pour Sidiki Kaba, comme pour le président Macky Sall, les propos injurieux de Donald Trump doivent aussi faire réagir la communauté internationale. « La communauté internationale ne saurait être indifférente à ces propos qui sont choquants et qui provoquent l’indignation, non seulement des Africains, mais de tous ceux qui sont attachés aux valeurs qui fondent le monde actuel et aussi la construction de la paix. »

[Reportage] Dans la rue, les Sénégalais s'indignent des propos de Donald Trump
13-01-2018 - Par Guillaume Thibault

Il se dit parfois que les diplomaties africaines sont frileuses face aux grandes puissances. Sur cette affaire Donald Trump, l’état sénégalais a en tout cas pris ses responsabilités quitte à en payer, plus tard, les conséquences.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.