Republier

«Contribution volontaire» au Burundi: des syndicats appellent au dialogue

Le gouvernement burundais appelle la population à participer financièrement aux élections présidentielles de 2020 sous la forme de «contribution volontaire».
© REUTERS/Mike Hutchings

Au Burundi, le 11 décembre dernier, le gouvernement déposait une ordonnance encourageant la population à participer financièrement aux élections présidentielles de 2020 sous la forme de «contribution volontaire». Plongés dans un contexte économique difficile, les Burundais sont nombreux à s'élever contre cette décision, notamment les fonctionnaires du secteur de la Santé à qui le ministère de la Santé publique a demandé une contribution supplémentaire. Tout cela, alors même que les augmentations de salaire sont gelées depuis deux ans.

Dans une lettre datée du 8 janvier, la Confédération des syndicats du Burundi (COSYBU) et la Confédération des syndicats libres du Burundi (CBS) appellent à l’ouverture d’un dialogue avec le gouvernement sur les contributions volontaires aux élections 2020.

Faire un effort patriotique, ce n’est pas mauvais mais le faire sur le poids d’une souffrance salariale liée à un blocage d’augmentation de salaire, c’est quand même dur. Les deux ministres disaient qu’il y aura un dialogue pour que ce soit volontaire. Seulement dans la pratique, ce n’est pas toujours comme ça.
Marie Bukuru
13-01-2018
Philippine Orefice

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.