G5 Sahel: réunion ministérielle ce lundi à Paris

Badge d'épaule de la force conjointe G5 Sahel.
© RFI/Olivier Fourt

La construction de la force conjointe du G5 Sahel entame une nouvelle étape ce lundi 15 janvier, avec la réunion ministérielle de Paris. La ministre des Armées  Florence Parly reçoit cet après-midi à l'hôtel de Brienne ses homologues des pays du G5 accompagnés des chefs d'état-major des armées des cinq pays de la région. Du côté des contributeurs, huit pays seront représentés ainsi que trois institutions, l'ONU, l'UA, et l'Union européenne, alors que se déroulera la conférence de donateurs de Bruxelles le 23 février prochain. Plus que jamais, l'objectif est de mettre en action cette force du G5 et de récolter des résultats concrets sur le terrain. Lors de son discours de Ouagadougou en novembre, le président français Emmanuel Macron avait lancé un appel aux pays de la région « pour que leur force commune remporte rapidement ses premières victoires ».

De réunion en réunion, la force conjointe du G5 Sahel se construit pas à pas. « Il faut passer à une autre dimension », disait Florence Parly lors de son déplacement au Mali en début d'année. Mais il reste encore beaucoup de choses à régler. Les contours du commandement exercé par le général malien Didier Dacko, qui, précise-t-on à Paris, doit « jouer le rôle d'interface entre les pays de la région » : l’articulation des postes de commandement, la génération de force, la liste précise des équipements nécessaires.

« L'objectif est de ressortir de la réunion avec une feuille de route, et un calendrier des opérations », particulièrement dans le fuseau centre qui inclut la zone des trois frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. C'est dans ce fuseau que se concentre l'action de la force dans un premier temps. Mais « constituer des coalitions prend du temps », rappelle-t-on au ministère des Armées  à Paris  qui « n'exclut pas de solliciter l'armée tchadienne, pour accélérer les choses ».

Les redoutables  combattants tchadiens déjà envoyés dans l'Adrar des Ifoghas au début de Serval il y a cinq ans, puis engagés sous les couleurs des Nations unies (Minusma), pourraient alors revenir jouer un rôle de « force bélier » dans la région. Rien n'est encore décidé, mais l'option est envisagée, alors que la zone d'action des Tchadiens dans le cadre de la Force conjointe (FCG5S) se trouve en principe à 2 000 kilomètres plus à l'Est.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.