Sénégal: l’avenir s’assombrit pour Karim Wade

Karim Wade arrive à la cour, à Dakar, le 30 juillet 2014 (photo d'illustration).
© AFP PHOTO / STRINGER

Au Sénégal, Karim Wade, depuis le Qatar, continue de secouer la vie politique sénégalaise. Condamné à 6 ans de prison et plus de 200 millions d’amende pour enrichissement illicite, gracié par le président Macky Sall en juin 2016, le fils de l’ex-président affirme avoir été contraint à un exil forcé, des affirmations démenties par les autorités.

Même si ses partisans garantissent en permanence son retour au pays, l’avenir politique de Karim Wade est pour le moment bien assombri. Car la menace du gouvernement est claire : en cas de retour, il devra payer son amende, près de 210 millions d’euros. Et si ce n’est pas le cas, Seydou Gueye, le porte-parole du gouvernement, a indiqué dans un communiqué que la justice s’appliquerait. Sous-entendu, Karim Wade pourrait retourner en détention, lui qui a effectué la moitié de sa peine de 6 ans avant d’être gracié et non amnistié par le président Macky Sall.

Karim Wade, en accusant les autorités de l’avoir contraint à un exil forcé au Qatar, accusations démenties par Seydou Gueye, a en tout cas été prévenu qu’il n’aurait le droit à aucune faveur.

Le candidat du PDS au Qatar, Khalifa Sall bientôt jugé, deux prétendants à la présidentielle de 2019 sont donc, pour le moment, sur la touche.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.