Republier
Tchad Justice

Tchad: création d’un comité d’action pour la libération de Mayadine Babouri

Soldats tchadiens devant le tribunal de Ndjamena (image d’archive 2007).
© Thomas SAMSON/Gamma-Rapho via Getty Images

Au Tchad, un comité d'action s’est mis en place, samedi 13 janvier, pour plaider la libération de Mayadine Babouri. Cet activiste politique est emprisonné, depuis 15 mois, pour avoir dénoncé la gestion patrimoniale du pays sur les réseaux sociaux. Il est toujours dans l’attente d’un procès. Le comité d'action, créé au Tchad, cherche à relayer, sur place, l'action des ONG internationales comme Amnesty International qui appellent à sa libération.

Mayadine Babouri a été enlevé fin septembre 2016, en pleine rue, à Ndjamena, quelques jours après avoir posté une vidéo dans laquelle il dénonçait la mauvaise gestion de l’Etat par le pouvoir en place.

D’abord détenu au secret, pendant quelques semaines, l’activiste politique qui était auparavant fervent défenseur du régime, a fini par être confié à la justice. Inculpé, entre autres, pour « atteinte à l’ordre constitutionnel », il sera alors transféré au bagne de Koro Toro, en plein désert.

Entretemps, sa santé se dégrade et, face aux pressions et protestations, il est transféré à la maison d’arrêt de Mossoro où il se trouve, en ce moment.

Pour ses soutiens, ce citoyen tchadien, victime d’une arrestation arbitraire, doit être simplement relâché parce qu’il n’a jamais été auditionné par un juge après son inculpation, d’autant plus que le nouveau code de procédure oblige la justice rendre sa liberté à tout citoyen incarcéré sans procès, pendant plus de quatre mois.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.