Sénégal : l’enquête sur les meurtres en Casamance entre dans une phase décisive

Les auditions permettent de commencer à comprendre ce qu’il s’est passé dans la forêt de Bourofaye en Casamance (photo d'illustration).
© Mathieu Damman/Wikimedia Commons

L’enquête se poursuit en Casamance pour tenter de retrouver les assassins des 14 coupeurs de bois tués il y a 10 jours. Les forces de sécurité ont interpellé ce week-end 22 personnes, toutes de nationalité sénégalaise. Dans un communiqué diffusé lundi 15 janvier, la gendarmerie nationale évoque « des pistes intéressantes ». Les défenseurs des droits de l’homme demandent de leur côté que cette enquête soit menée dans les règles de l’art.

« L’enquête est entrée dans une phase décisive », estime-t-on au sein de la section de recherche. Sur les 22 personnes arrêtées, certaines seraient en effet directement liées aux assassinats. Si tous les moyens techniques sont utilisés, c’est visiblement le renseignement humain, le travail de terrain, qui a permis et abouti aux interpellations.

« Nous avons en quelque sorte réussi à briser l’omerta qui règne dans la zone », explique un enquêteur. Les auditions permettent donc de commencer à comprendre ce qu’il s’est passé dans la forêt de Bourofaye. Visiblement des civils auraient été soutenus par des éléments armés venus en renfort.

Pour le directeur d’Amnesty International Sénégal, Seydi Gassama, il y a une «très forte aspiration à la paix» au sein de la population casamançaise et au sein de l'Etat. Il demande le respect des règles de droit.

Seydi Gassama: «Les abus commis par l'armée sénégalaise dans la lutte contre la rébellion dans les années 90 ont contribué à alimenter la rébellion»
16-01-2018 - Par Guillaume Thibault

Au sein de la gendarmerie, on indique que les 22 personnes placées en garde à vue sont détenues dans de bonnes conditions et que la phase d’interrogatoire n’est pas terminée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.