Republier
Somalie Shebabs

Somalie: selon HRW, les shebabs recrutent de plus en plus d’enfants

Des réfugiées somaliennes, ici le 19 décembre 2017.
© REUTERS/Baz Ratner

Human Rights Watch dénonce, dans un nouveau rapport, une campagne de recrutements d'enfants par les shebabs en Somalie. Toujours selon l’organisation, les militants islamistes seraient de plus en plus menaçants à l'égard des civils pour les forcer à leur livret des jeunes. Dans son enquête, l'ONG de défense des droits de l’homme parle de centaines de jeunes enrôlés de force dans les rangs du groupe terroriste.

Le rapport de HRW évoquent des enfants parfois âgés de seulement huit ans, qui sont arrachés à leurs familles pour être ensuite intégrés dans de grandes écoles coraniques shebabs. Là-bas, ils sont endoctrinés, contraints de suivre la doctrine des terroristes et souvent deviennent, à terme, des combattants.

Ça fait des années que les islamistes kidnappent des enfants. Avant ils le faisaient surtout en préparation d’une bataille, donc pour en faire de la chair à canon. Mais pour Laetitia Bader, qui a mené l’enquête, il pourrait s’agir cette fois d’une manière de se rétribuer. En effet, beaucoup de communautés, notamment les plus pauvres, ne peuvent plus payer les taxes imposées par les shebabs. Notamment à cause de la sécheresse. Donc les terroristes utiliseraient les enfants un peu comme un impôt.

C’est aussi un moyen pour le mouvement d’asseoir sa domination sur les habitants. Pour ça, les shebabs mènent des raids sur les localités et enlèvent les enfants. Ou alors ils font pression sur les leaders communautaires, avec menaces de mort, ultimatums, meurtres, pour que les habitants leur livrent eux-mêmes leurs fils et leurs filles.

Ce qui aboutit à une autre nouvelle tendance : les villageois envoient leurs petits, seuls, vers les villes, hors des zones de contrôle shebab. « Beaucoup de parents pensent que c’est la seule solution pour qu’ils soient en sécurité », explique Laetitia Bader. Or le voyage vers les centres urbains est très périlleux pour ces jeunes sans défense. Là-bas, certains sont recueillis par leur famille élargie, d’autres rejoignent les camps de déplacés. Parfois, des habitants décident aussi de créer des structures pour les prendre en charge.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.