Le Cameroun demande au Nigeria l'extradition de séparatistes

Des soldats patrouillent à Bafut, dans le nord-ouest du Cameroun, en zone anglophone, le 15 novembre 2017.
© AFP

Ni le Nigeria ni le Cameroun ne l'ont confirmé officiellement, mais dix militants séparatistes camerounais ont bien été arrêtés le 5 janvier dernier à Abuja. Tous font partie de l'auto-proclamée République d'Ambazonie, et réclament donc l'indépendance des deux régions à majorité anglophone de l'ouest du Cameroun. Les autorités de Yaoundé ont demandé l'extradition de ces militants, mais pour l'instant, ils se trouvent toujours au Nigeria.

Les discussions se déroulent au plus haut niveau. Les présidences nigériane et camerounaise sont en contact étroit depuis dix jours. Mais selon une source bien informée, le Nigeria n'a toujours pas arrêté sa position.

Le Cameroun réclame l'extradition des militants ayant appelé à la sécession des régions de l'ouest anglophones. Parmi eux se trouve le président de la république auto-proclamée d'Ambazonie et des cadres du mouvement. Yaoundé rappelle que des mandats d'arrêt internationaux ont été émis il y a plusieurs mois, mais le Nigeria hésite toujours.

D'un côté, il souhaite aider le Cameroun. Les relations entre les deux pays se sont nettement réchauffées depuis quelques années, comme en témoigne la lutte commune contre Boko Haram. Mais d'un autre côté, les autorités nigérianes ne veulent pas subir d'éventuels troubles à la frontière avec les régions anglophones du Cameroun en cas d'extradition.

Une source nigériane explique par ailleurs que la majorité de ces militants camerounais bénéficient soit du statut de réfugié, soit du statut de résident permanent. Selon cette source, le Nigeria n'a donc pas vraiment de raison légale de les extrader vers le Cameroun.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.