Republier
RDC

Violences en RDC le 31 décembre: HRW dénonce «un usage excessif de la force»

Des fidèles catholiques défilent dans les rues de Kinshasa, en RDC, le 31 décembre 2017.
© AFP/John WESSELS

A la veille d’une nouvelle marche des laïcs catholiques prévue ce dimanche en RDC, l’ONG Human Rights Watch publie un premier rapport sur la journée du 31 décembre lors de la première marche des laïcs. HRW dit avoir recensé au moins 8 personnes tuées, et des dizaines d’autres blessées, dont au moins 27 par balles. Human Rights Watch dénonce « un usage excessif de la force » et demande aux autorités de « lever l’interdiction de manifester et de permettre aux personnes qui le souhaitent de pratiquer leur religion sans interférence ».

Pour Human Rights Watch, « les forces de sécurité congolaises ont battu un triste record », le 31 décembre, en tirant des gaz lacrymogènes à l’intérieur même de trois églises, parfois en pleine messe, et en usant de « balles en caoutchouc » et dans certains cas de « balles réelles » à l’extérieur de plusieurs paroisses pour « empêcher des processions pacifiques ».

L’ONG dit avoir mené des entretiens avec 86 personnes victimes, témoins, religieux et politiques, et dénonce également les « intimidations musclées » dont ont été victimes des Congolais qui tentaient de se rendre à l’église, bloqués à des barrages, alors qu’ils n’avaient parfois que bibles et rameaux à la main.

En plus des 8 morts qu’elle a recensés, l’ONG dit avoir reçu des « informations crédibles » sur au moins « 20 autres personnes » dont les corps auraient été « emmenés par les forces de sécurité » et resteraient introuvables.

L’ONG promet donc de poursuivre son enquête. A la veille de la marche de dimanche, Ida Sawyer, directrice pour l’Afrique centrale de Human Rights Watch demande aux « partenaires internationaux » du Congo d’envisager « de nouvelles sanctions » contre ceux qui « violent la liberté de culte et de réunion pacifique » afin « de montrer au président Kabila que de nouveaux abus ne sauront être tolérés ».

La police congolaise assure de son côté que 5 personnes ont été tuées le 31 décembre, dont un policier, le tout sans lien avec les manifestations.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.