La corruption au cœur du sommet de l’Union africaine

Le sommet de l'Union africaine s'ouvre ce lundi à Addis-Abeba, la capitale de l'Ethiopie. Le thème à l'honneur cette année: la lutte contre la corruption.
© Getty Images/James Lauritz

Le sommet de l'Union africaine s'ouvre ce lundi à Addis-Abeba, la capitale de l'Ethiopie. Le thème à l'honneur cette année : la lutte contre la corruption, une pratique qui touche de façon inégale les pays du continent.

Les pays d'Afrique sont absolument inégaux face à la corruption. Certains s'en sortent extrêmement bien comme le Botswana ou le Rwanda. C'est ce qui ressort du dernier Index sur la perception de la corruption, réalisé chaque année par l'ONG de lutte contre la corruption Transparency International. En bas du classement, on retrouve des pays comme la Somalie, le Tchad, la Centrafrique ou encore la République démocratique du Congo (RDC).

Répercussions

La corruption se pratique à différents niveaux et se répercute sur l'ensemble de la société. Il y a ce qu'on peut appeler la « petite corruption », celle qui affecte directement le quotidien des citoyens, par exemple lorsqu'un élu local détourne de l’argent destiné à la construction d'un puits ou d'un centre de santé. Il existe aussi une corruption de niveau intermédiaire, lorsque des fonctionnaires - comme les enseignants de la fonction publique - sont recrutés sans que leurs diplômes ou leurs compétences ne soient vérifiés.

« Les enseignants qui sont recrutés et qui n'ont pas les qualités requises ne peuvent pas assurer un bon encadrement de ces enfants qui sont les futurs citoyens de demain, les dirigeants de demain. Si on n'a pas des hommes de qualité, le pays ne peut que faire appel à d'autres personnes, ce qui fera augmenter le taux de chômage à l'intérieur du pays. Donc un enseignement au rabais réduit de ce point de vue, au niveau intellectuel, la compétitivité du pays », analyse Cléophas Gbedji Oke, le vice-président du Front des organisations nationales contre la corruption à Cotonou, au Bénin.

Enfin, il y a aussi la « grande corruption », celle qui est orchestrée au sommet de l'Etat ou au sein des élites. Cette forme de corruption nuit au bon fonctionnement de l'appareil étatique et peut conduire, à long terme, à l'épuisement des ressources financières des pays, au détriment de leur développement. Le coordonnateur Afrique de Transparency International, Lucas Olo Fernandes, note que les pays les plus corrompus aujourd'hui sont passés par des conflits armés au cours des dernières années.

L'inaction de certains et de la justice, dénoncée par les sociétés civiles

Dans des pays comme le Niger, le Togo ou encore le Bénin qui n'ont pas connu de conflits récents, les acteurs de terrains dénoncent l'inaction des Etats et de la justice en matière de lutte contre la corruption. Lorsque des initiatives sont lancées pour tenter de mettre un terme à ces pratiques, elles ne sont pas toujours efficaces, souligne l'économiste et analyste politique Gille Yabi, fondateur du think tank ouest-africain Wathi : « Même dans les pays où on a des campagnes anticorruptions très médiatisées, il y a toujours un fort soupçon de politisation de la lutte contre la corruption. C'est-à-dire que finalement on a toujours l'impression qu'un gouvernement se met à lutter contre la corruption et toujours de manière sélective, et que cela est plutôt utilisé pour éliminer des adversaires potentiels, des hommes d'affaires qui soutiennent les hommes politiques, plutôt que réellement dans une volonté de démanteler le système qui alimente la corruption ».

Pour pallier l'inaction de l'Etat et de la justice, Ernest Mpararo, secrétaire exécutif de la Ligue congolaise de lutte contre la corruption à Kinshasa, en République démocratique du Congo, estime que les citoyens ont le pouvoir d'agir contre la corruption : « Les citoyens peuvent s'attaquer effectivement à ces pratiques de corruption. Par exemple, je vous donne un cas : le gouverneur de la ville de Kinshasa institue une taxe routière que les taximen et tous ceux qui ont profité d'un véhicule doivent payer. Mais les gens résistent à payer étant donné que les routes ne sont pas réhabilitées. C'est une façon effectivement de lutter contre les pratiques de corruption en disant ‘écoutez, nous allons payer des taxes, mais nous allons voir aussi comment l'argent mobilisé par les taxes sera utilisé’. Je pense qu'avec ces actions les choses peuvent changer petit à petit ».

Coût financier, humain et écologique

Le coordinateur Afrique de l'ONG Transparency International, Lucas Olo Fernandes pointe également la responsabilité de certains pays occidentaux, en particulier dans les pays producteurs de ressources naturelles. C'est le cas de la République démocratique du Congo où les convoitises extérieures alimentent les systèmes de corruption en place.

Ces pratiques coûtent 50 milliards de dollars par an aux Etats africains, précise Lucas Olo Fernandes. Le coût de la corruption est également humain - une route mal construite, c’est plus d’accidents mortels - et un coût écologique lorsqu'en échange de pots-de-vin, des terrains miniers ou forestiers sont ravagés sans aucune restriction.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.