Tunisie: quelle menace représente la katiba Ibn Nafaa pour le pays?

La Tunisie n’a pas connu d’attentat majeur depuis deux ans maintenant (photo d'illustration).
© Kassus/CC/Wikimedia

Les autorités tunisiennes ont annoncé avoir tué l’Algérien Bilel Kobi, un proche conseiller d’Abdelmalek Droukdel, le chef d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). C’était lors d’une opération menée par la garde nationale dans la soirée du samedi 20 janvier au mont Sammama, dans le centre ouest du pays. L’homme était semble-t-il en « mission » auprès de la katiba Okba Ibn Nafaa, la branche tunisienne d’Aqmi. Un deuxième homme, Hamza Ennimr, Algérien lui aussi, et dirigeant présumé de la section d’Okba Ibn Nafaa au mont Semmama, a également été tué. Alors, que faisait Bilel Kobi en Tunisie, qu’est-ce que la katiba Ibn Nafaa et quelle menace représente-t-elle pour la Tunisie ?

Selon le ministère de l’Intérieur, Bilel Kobi était chargé de faire le lien entre Aqmi et la brigade Okba Ibn Nafaa, en pleine réorganisation. En effet le groupe jihadiste, responsable depuis 2012 de dizaines de morts parmi les forces armées tunisiennes était en mal de commandement depuis l’élimination de plusieurs de ses dirigeants l’an dernier.

On ne sait pas pour l’instant si Bilel Kobi a eu le temps de mener à bien sa « mission ». En tout cas, selon Mokhtar Ben Nasr, président du Centre tunisien des études de sécurité globale, sa mort et celle Hamza Ennimr est un coup dur porté à la brigade. Elle est selon lui « très affaiblie et à court de ravitaillement ».

La katiba Okba Ibn Nafaa constitue tout de même une menace importante. Le groupe, estimé à quelques dizaines de personnes, est organisé. Davantage en tout cas que les partisans de l’organisation l’Etat islamique, également présents en Tunisie, mais qui constituent une menace plus diffuse. Et malgré des opérations au sol et de fréquents bombardements sur les montagnes densément boisées, où se cachent ses combattants, les forces tunisiennes peinent à s’en débarrasser.

« Nous allons continuer à mettre les terroristes sous pression », a affirmé à RFI Belhassen Oueslati, le porte-parole du ministère de la Défense tunisien. La Tunisie n’a pas connu d’attentat majeur depuis deux ans maintenant.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.