Congo-B.: polémique autour de la question des ex-réfugiés rwandais

Des réfugiés rwandais du Congo-Brazza (photo d'archives).
© DR

Ils sont 8 460 ex-réfugiés rwandais au Congo-Brazzaville à se retrouver sans papier depuis le 31 décembre 2017, suite à ce qu'on appelle la « clause de cessation de leur statut ». Une politique proposée par le  HCR à tous les pays qui accueillaient des réfugiés rwandais ayant fui le Rwanda entre 1959 et 1998 et mise en œuvre par le gouvernement congolais en consultation avec Kigali. Ces réfugiés devaient bénéficier de plusieurs options : retour au Rwanda, intégration locale ou exemption. Une association congolaise, l'Adhuc, avait plusieurs fois mis en garde les autorités congolaises comme le HCR, leur demandant de maintenir ce statut de réfugié.  Le bilan est là : 802 ont vu leur statut de réfugié maintenu, 104 ont choisi de rentrer au Rwanda, 18 seulement ont bénéficié de l'intégration locale. Le HCR se dit aujourd'hui encore prêt à accueillir ces milliers de personnes pour les aider à trouver une solution.

Pourquoi 104 seulement ont choisi de rentrer au Rwanda ? Pour le HCR, c'est tout simplement parce qu'une majorité d'entre eux sont nés au Congo-Brazzaville, se sont mariés ou cultivent des champs là-bas, ils auraient donc trop peu de liens avec le Rwanda.

En tout cas, si la clause de cessation a été proposée pour ces réfugiés rwandais, explique une porte-parole du HCR, c'est parce que la situation s'est stabilisée durablement au Rwanda. Pour l'Adhuc, le HCR oublie que ces Rwandais ont d'abord été réfugiés en RDC après le génocide et qu'ils y ont été massacrés, notamment dans les camps du HCR, entre 1996 et 1998 par l'armée rwandaise et ses alliés, ce qui justifierait leur crainte de rentrer.

« Nous, on parle de l'amélioration de la situation au Rwanda, pas de la RDC », insiste la porte-parole du HCR. Pourquoi 18 seulement (sur près de 9 000) ont obtenu des papiers congolais ? Pas d'explication précise sur ce point, pas d'inquiétude non plus, mais ce que le HCR dit avoir noté, c'est que 71 seulement se sont présentés pour se renseigner sur cette option et que 18 sont finalement allés jusqu'au bout de la procédure.

Et le HCR se dit prêt à les aider s'ils souhaitent vraiment régulariser leur situation. Pour l'Adhuc, il y a une explication simple, la crainte encore : pour entamer leur démarche à Brazzaville, selon cette ONG congolaise, ces réfugiés devaient  retirer un papier à l'ambassade du Rwanda.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.