Procès de Khalifa Sall: quelle est la place de l'Etat dans ce dossier?

Affiche pour la libération de Khalifa Sall, maire de Dakar, jugé pour «détournement de fonds publics».
© SEYLLOU / AFP

Au Sénégal, le procès de Khalifa Sall est lancé. Ce mercredi 24 janvier se tenait la deuxième journée d'audience tribunal de Dakar. Une audience très technique puisque ce sont toujours les exceptions, les règles de procédure qui sont débattues. Khalifa Sall n'a pas encore été entendu. La question posée était: l'Etat qui s'estime lésé dans cette affaire et qui est donc partie civile, a-t-il sa place dans ce procès très médiatique ? Khalifa Sall, pour le moment, écoute les débats.

Tant que les règles de son procès ne seront pas fixées, Khalifa Sall gardera le silence. Cheikh Gueye, élu à la mairie et proche du député-maire, trouve son ami serein. « Je le vois très serein, très lucide, très souriant », nous explique t-il.

Khalifa Sall et les 1000 personnes venues assistées à l'audience ont donc écouté le débat sur la Constitution de l'Etat sénégalais. Pour le procureur Bassirou Gueye et les avocats du Sénégal, il est hors de question de quitter ce procès car, explique Maître Yérim Thiam, la lutte contre  la corruption est une priorité. « Le président de la République a fait de la bonne gouvernance son cheval de bataille. Lorsqu’il constate des détournements d’un tel montant …  il faut que la justice soit saisie ».

Pour les avocats de Khalifa Sall, l'Etat n'a, au contraire, rien à faire dans ce procès. Ils estiment que les deniers publics sont des deniers de la mairie et non de l'Etat. « Si vous mettez côte à côte les nombreuses violations depuis le début et ce forcing de l’Etat du Sénégal de rester coûte que coûte dans le procès, malgré les dispositions claires de notre Constitution, nous sommes dans un décor peu rassurant », assure Maître Seydou Diagne.

La phase des exceptions n'est pas terminée. La caution déposée pour obtenir la liberté provisoire de Khalifa Sall ayant été refusée durant la phase d'enquête, ses avocats veulent visiblement en débattre devant le tribunal.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.