Burundi: l'OIF demande un vrai dialogue

Siège de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) à Paris.
© Wikimedia

Pascal Couchepin, envoyé spécial de la secrétaire générale de l'OIF pour les Grands Lacs, était à Paris jeudi 25 janvier pour présenter ses rapports de mission au Burundi et en RDC à la commission politique de l'organisation. L'occasion de débattre avec les représentants de ces Etats et aux ambassadeurs des pays membres de la Francophonie de la situation dans ces deux pays.

L'ancien président de la Confédération helvétique n'a pas mâché ses mots. Si la représentante du gouvernement burundais a assuré ses collègues que la situation s'était améliorée, que la plupart des réfugiés étaient rentrés et qu'un dialogue national s'était tenu au Burundi ouvrant à un référendum qui devrait permettre à Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir pour un nouveau mandat, Pascal Couchepin est très clair : le niveau de violences est encore trop élevé malgré le peu de réactions de la communauté internationale. Il insiste sur l'importance d'ouvrir un vrai dialogue au Burundi et de préserver le compromis qui a cimenté la société burundaise depuis la fin de la guerre civile, l'accord d'Arusha.

Un dialogue qui permette d'écouter les revendications légitimes de l'opposition
Pascal Couchepin
26-01-2018 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.