Côte d'Ivoire: le Centre de formation à la lutte antiterroriste sort des limbes

Hamed Bakayoko, ministre de la Défense, est l'un des maîtres d'oeuvre de ce centre international de formation à la lutte antiterroriste.
© SIA KAMBOU / AFP

Un centre international de formation à la lutte antiterroriste ouvrira ses portes près d'Abidjan en septembre 2018. Le premier pas a été franchi hier, jeudi 25 janvier, dans le cadre de cette coopération franco-ivoirienne. Cette école, voulue par les présidents français Emmanuel Macron et ivoirien Alassane Ouattara, aura d'abord une «vocation régionale» puis «internationale», a assuré jeudi l'ambassadeur de France.

C'est un centre de formation et de perfectionnement qui sera basé à Jacqueville à  l'ouest d'Abidjan, et a pour vocation à recevoir des militaires ou forces de sécurité de Côte d'Ivoire bien sûr mais aussi de tous les pays africains confrontés au terrorisme.

« Il y a un besoin sur l’ensemble de la région de formation à la lutte antiterrorisme. Et l’engagement de nos deux présidents de la République, à l’occasion du sommet de l’Union africaine-Union européenne, a été la création de ce centre international de lutte contre le terrorisme », explique Gilles Huberson ambassadeur de France en Côte d'Ivoire.

« Ce centre permettra à nos pays d’avoir des personnels formés en matière, d’abord, d’identification des réseaux terroristes, de leur mode de fonctionnement, de leur mode opératoire, de leur mode de financement. Ensuite, on devrait aussi avoir la capacité de former des unités qui puissent avoir une réaction rapide en cas d’attentat », poursuit Hamed Bakayoko, ministre d'Etat et de la Défense.

La première phase, en septembre prochain, à l'ouverture consistera à accueillir des cadres. Puis dans un second temps les premières troupes d'intervention à qui seront dispensés les techniques spécifique à la lutte anti terroriste.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.