Republier
Mali Justice

Mali: le procès de l'ex-putschiste Amadou Haya Sanogo se fait toujours attendre

Amadou Sanogo lors d'une conférence de presse le 7 avril 2012.
© REUTERS/Joe Penney

La justice malienne a rejeté ce vendredi 26 janvier la demande de mise en liberté conditionnelle introduite par les avocats pour Sanogo et ses seize co-accusés, à l'exception de deux d'entre eux qui ont été relâchés ou ont vu leur contrôle judiciaire s'assouplir.

C'est la première fois que des prévenus cités dans l'affaire des bérets rouges voient leur requête acceptée par la justice malienne. Yamoussou Camara, un très proche du général Sanogo mais aussi ex-ministre de la Défense au moments des faits, a été mis en liberté conditionnelle « pour des raisons de santé », invoque la chambre d'accusation.

L'autre prévenu, le général Dahirou Dembelé, chef d'état-major des armées en 2012, était quant à lui sous contrôle judiciaire depuis trois ans. La justice a décidé de surseoir à cette mesure. Il est donc entièrement libre de ses mouvements. A la différence des autres prévenus, tous deux ne sont poursuivis que pour leur complicité présumée. Les charges qui pèsent sur Amadou Haya Sanogo et ses co-accusés relèvent de l'enlèvement de personne et d'assassinat.

L'association malienne des droits de l'homme (lAMDH) a immédiatement lancé un appel au gouvernement pour que « toutes les mesures soient prises » pour que les deux hommes comparaissent lors du procès. Un procès qui se fait attendre. Il a été reporté sine die depuis plus d'un an maintenant.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.