Republier
Éthiopie

Ethiopie: annonce de libération de 2 345 prisonniers dans la région Oromia

Manifestation de la minorité Oromo en Ethiopie, le 2 octobre 2016.
© REUTERS/Tiksa Negeri

En plein sommet de l’Union africaine, les autorités régionales de l’Oromia, en Ethiopie, ont annoncé qu’elles vont faire sortir de prison 2 345 personnes dans les prochains jours. C’est le porte-parole du gouvernement régional qui l'a annoncé, vendredi 26 janvier, sur son compte Facebook. Cette annonce intervient dix jours après la libération de plus de 500 détenus par le gouvernement fédéral éthiopien. Depuis plusieurs mois, les manifestations pour contester la coalition, au pouvoir, ont repris en Ethiopie et ces libérations successives peuvent être vues comme une volonté des autorités de faire retomber la tension.

Depuis la levée de l'état d'urgence, en août dernier, des mouvements de protestation émergent régulièrement dans les régions Oromia et Amhara. En 2015 et 2016, elles ont été le théâtre de manifestations et d'une répression qui a fait officiellement autour d'un millier de morts. Des dizaines de milliers de personnes ont été arrêtées et détenues.

Ce sont ces personnes qui sont concernées par les libérations annoncées, début janvier, par le Premier ministre éthiopien et chef de la coalition au pouvoir. Depuis, 500 personnes sont sorties des prisons fédérales dont Merera Gudina, leader d'un parti d'opposition oromo. Ce vendredi, c'est l’OPDO, l'autre grand parti oromo, qui a annoncé les nouvelles libérations.

Ce parti fait partie de la coalition au pouvoir mais tente de plus en plus de s'en émanciper. L'OPDO bénéficie aussi d'un soutien populaire. Peut-être est-ce pour ne pas le perdre qu'il a décidé ces quelques 2 300 libérations.

Cela suffira-t-il à calmer la colère dans certaines zones de l'immense région Oromia ? Pas sûr. Les médias locaux rapportent de nouvelles éruptions de violences cette semaine. L'ONU a condamné l'action de la police fédérale éthiopienne et appelle à « réviser le statut » d'un grand nombre de personnes toujours emprisonnées.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.