Un an après son décès, la dépouille de Tshisekedi n'est pas rentrée au Congo

Le cercueil d'Etienne Tshisekedi lors d'un hommage à Bruxelles le 5 février 2017.
© REUTERS/Francois Lenoir

Voici un an ce 1er février que l’opposant congolais Etienne Tshisekedi est mort. Un décès qui est survenu à Bruxelles. Faute d’accord entre l’UDPS et le gouvernement à Kinshasa, le corps de Tshisekedi est toujours dans un funérarium à Bruxelles.

Avec notre correspondante à BruxellesJoana Hostein

Pour le camp Tshisekedi à Bruxelles, la priorité n°1 est le rapatriement en RDC du corps de l’ancien Premier ministre. C’est là qu’il doit être enterré, dans la concession familiale à N’Sele, dans la banlieue de Kinshasa. Et le temps est compté. La famille a déjà déboursé quelque 16 000 euros pour le maintien du corps dans un funérarium de la capitale belge.

Mitch Katumba, président UDPS à Bruxelles, a multiplié les démarches auprès du gouvernement belge, auprès des autorités françaises et européennes, pour faciliter le retour de la dépouille au pays. En vain, pour le moment : « Kabila, il ne doit pas avoir peur, ce n’est pas le corps de Tshisekedi qui va l’enlever du pouvoir. Il n’est pas question qu’on puisse enterrer Tshisekedi à l’extérieur, Tshisekedi sera enterré au Congo, et à Kinshasa. Nous allons nous arranger pour mettre le corps dans l’avion et puis partir. On est Africains, et on est Bantous.  Il y a des coutumes, nous avons nos mœurs. Une veuve ne peut pas rester comme cela pendant une année, on n’a pas enterré son mari… Elle est là, elle dort par terre, elle souffre, elle est malade. »

La famille Tshisekedi devrait participer à une veillée funéraire organisée ce jeudi après-midi à Bruxelles, avant une messe de requiem qui sera donnée samedi dans une église bruxelloise.


■ Qui bloque le corps?

La famille d’Etienne Tshisekedi déplore cette situation. Sa veuve, Maman Marthe, se retrouve contrainte de garder le deuil faute de pouvoir enterrer son mari. Son jeune frère, monseigneur Gérard Mulumba, était à la tête de la délégation de la famille qui a discuté jusqu'en juin de la question avec le gouvernement. Il assure qu'un accord avait été trouvé, notamment sur le lieu de l'enterrement sur une parcelle familiale à l'extérieur de Kinshasa, qu'un communiqué était sur le point de sortir, publié par le ministère de l'Intérieur. Et puis plus rien, pas de communiqué, plus de contacts, plus de réunion. Monseigneur Gérard Mulumba ne cache ni sa colère ni son agacement. Il appelle le gouvernement à organiser au plus vite l'enterrement, peu importe les conditions.

Nous étions d'accord pour tout, et ça s'est arrêté comme ça... Nous voulons quoi? Qu'ils fassent ce qu'ils veulent pourvu qu'il soit enterré ici, au pays...
Gerard Mulumba
01-02-2018 - Par Sonia Rolley

A la tête des discussions du côté du gouvernement, le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadari, confirme qu'un communiqué d'organisation des obsèques a bien été signé par les trois parties, gouvernement, famille politique et famille biologique, mais il impute à l'UDPS, puis à la famille d'Etienne Tshisekedi ce retard dans l'enterrement. Sa porte à lui, en tout cas, reste ouverte.

On ne peut pas forcer la famille! C'est d'abord la famille biologique, c'est comme ça ici en Afrique...
Emmanuel Ramazani Shadari
01-02-2018 - Par Sonia Rolley

Le retour de l'opposant historique en juillet 2017 avait rassemblé des centaines de milliers de personnes dans la capitale, un rassemblement jamais atteint par aucun appel à manifester depuis. C'est l'une des dernières manifestations de partisans de l'opposition dans la capitale autorisée par le gouvernement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.