Togo: des étudiants arrêtés sur fond de grogne contre le manque de moyens

(Photo d'illustration) Dans une rue de Lomé, capitale du Togo.
© Godong/UIG via Getty Images

Depuis plusieurs jours, le campus de Lomé est secoué par des mouvements de colère. Des étudiants demandent notamment davantage de moyens et une baisse des frais de scolarité. Mardi 6 février, une dizaine d'étudiants dont le président de la Ligue togolaise des droits des étudiants (LTDE), Foly Satchivi, ont été arrêtés alors qu'ils se rendaient à une assemblée générale. Les autorités universitaires affirment que ces étudiants s'apprêtaient à en découdre avec la police. Un mensonge, selon le secrétaire exécutif de la LTDE Daniel Agbessimé.

Nos activités se sont toujours déroulées dans des conditions pacifiques. Mais pourtant, ce sont les forces de l’ordre ou la police universitaire qui provoquent ou qui attaquent les étudiants, les blessent, les matraquent, les gazent… La LTDE n’a jamais été violente envers qui ce soit. […] Actuellement, nous demandons la libération immédiate et sans conditions du président Foly Satchivi et des dix autres camarades qui ont été arrêtés et nous demandons aux autorités universitaires d’ouvrir un dialogue interuniversitaire pour trouver des bonnes solutions aux maux de l’université de Lomé.
Daniel Agbessimé, secrétaire éxécutif de la LTDE
07-02-2018 - Par Pierre Pinto

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.