Republier
Bénin

Le Bénin veut une transhumance apaisée

Transhumance en Afrique de l'Ouest.
© Veronique DURRUTY/Gamma-Rapho via Getty Images

Cotonou a mis en place cette saison une série de mesures afin de réguler l'afflux de bétail venu des pays sahéliens pour chercher du pâturage. La période de transhumance fixée est habituelle, de la mi-janvier à la fin mai. Cette année toutefois, elle est interdite pour le bétail venu de l'étranger, dans la région méridionale, c'est à dire à la frontière avec le Nigeria. D'autre part, plusieurs outils ont été instaurés pour assurer une meilleure surveillance des flux d'animaux, car le Bénin s'attend à recevoir près d'un million de bêtes cette année.

Les transhumants doivent passer au Bénin par treize points d'entrée. Première nouveauté, Cotonou a instauré une taxe unique : 1 000 francs CFA par tête de petits ruminants, 5 000 pour les bovins.

Auparavant, les éleveurs payaient des taxes à chaque commune traversée lors de leur parcours.

La deuxième nouveauté, c'est la mise en place d'outils pour assurer une veille des flux d'animaux. A chaque point d'entrée, l'éleveur se voit donc remettre une fiche d'identification de son troupeau, un livret de transhumance sur lequel sont notées des informations comme le montant de la taxe payée, les dernières vaccinations, etc., un badge pour discerner les transhumants nationaux et internationaux et enfin une carte des zones de pâturage.

L'objectif est de réguler et orienter les transhumants afin d'éviter des conflits avec les agriculteurs locaux. Les associations d'éleveurs ont salué cette initiative, reste maintenant à voir comment les pasteurs vont s'approprier ces outils.

La transhumance et les conflits pour les ressources en eau et pâturage sont devenus une véritable préoccupation en Afrique de l'Ouest. Fin février, une réunion sur la question se tiendra à Niamey, à l'initiative des deux organisations régionales, Uemoa et Cedeao.

Cette mesure affecte les éleveurs nigérians et tchadiens qui transitent par le Nigeria pour venir chercher des pâturages au Bénin. Chaque année des centaines de milliers d'animaux traversent la frontière. Mais cette saison, la pression est trop forte selon Gaston Cossi Doussouhi, ministre de l'Elevage béninois...

Fermeture de la frontière avec le Nigeria
09-02-2018 - Par Gaëlle Laleix

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.