Republier
Cameroun

Cameroun: journée de violence dans l'ouest anglophone

Une rue du centre-ville de Bamenda, au Cameroun anglophone.
© Wikimedia Commons

Nouvelles violences dans l'ouest anglophone camerounais. En dépit du couvre-feu décrété samedi pour une semaine dans la zone par le ministre de la Défense camerounais, des heurts ont éclaté dans différentes localités. Trois gendarmes ont été tués. Un sous-préfet a été enlevé. Et quelques attaques parsemées ont été enregistrées, entachant les cérémonies de commémoration de la « Journee de la jeunesse », célébrée ce dimanche par les autorités.

« Trois gendarmes ont été tués à Kembong par plus d'une dizaine d'assaillants » a déclaré ce dimanche le colonel Didier Badjeck, porte-parole de l'armée camerounaise. Selon lui, des petites localités du sud-ouest et du nord-ouest anglophone ont également été le théâtre d'attaques. Toutes auraient été maîtrisées sans que personne ne soit tué.

A Batibo, au sud de Bamenda, le sous-préfet a quant à lui disparu. D'après Joseph Mbah-Ndam, député de la ville, sa voiture a été retrouvée, ce dimanche matin, calcinée dans un village. Les assaillants auraient pris la fuite vers une destination inconnue.

Depuis plusieurs jours, les activistes sécessionnistes menaçaient sur les réseaux sociaux de troubler les célébrations du 11 février. Ce jour, devenu « Fête de la jeunesse » en 1966 était à l'origine la date du référendum qui a réuni francophones et anglophones camerounais en 1961.

Craignant des « attaques imminentes », le ministère de la Défense a instauré samedi un couvre-feu dans les deux régions anglophones.

« Nous avons évité le pire et avons travaillé avec professionnalisme » a déclaré le colonel Badjeck qui s'est défendu des accusations d'exactions des forces de sécurité lors d'opérations contre les séparatistes.

Alors que les témoignages à charge se multiplient sur les réseaux sociaux, l'Union européenne avait jugé « essentiel » jeudi que l'armée fasse un usage proportionné de la force.


■ Disparition d’un député

Quelques attaques parsemées ont également été enregistrées selon le porte-parole de l'armée camerounaise, entachant les cérémonies de commémoration de la « Journée de la jeunesse », célébrée ce dimanche par les autorités. A Batibo, le sous-préfet est quant à lui porté disparu.

Nous avons trouvé sa fille qui nous annoncé que le sous-préfet était déjà parti sur le terrain du défilé. Ça nous a intrigués un peu parce qu’il était encore 9 heures alors que notre défilé commence à 10 heures.

Joseph Mbah-Ndam, député de Batibo et vice-président de l'Assemblée nationale
12-02-2018 - Par Julie Vandal

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.