Le festival Amani en RDC, c'est un peu «le Woodstock congolais»

Sur la scène du festival Amani.
© amanifestival.com

A quelques heures de la clôture du festival Amani à Goma, hier, dimanche 11 février,  le chanteur Témé Tan, invité de cette cinquième édition a livré ses impressions. Le musicien, né à Kinshasa, arrivé en Belgique à l'âge de six ans et féru de rumba congolaise avait choisi de jouer sur scène avec des artistes de Goma. Pour lui, le festival Amani, ce qui signifie « paix » en swahili, est un peu le « Woodstock » congolais. On l'écoute au micro de RFI.

On pense à la paix plutôt qu'à la guerre.
Témé Tan, chanteur
12-02-2018 - Par Florence Morice

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.