Republier
Togo

Togo: qui doit prendre part au dialogue?

Rassemblement de Togolais pour réclamer l'alternance politique, à Lomé, au Togo, le 5 octobre 2017. (Photo d'illustration)
© MATTEO FRASCHINI KOFFI / AFP

C'est le 15 février que doit s'ouvrir le dialogue entre pouvoir et opposition au Togo pour une sortie de crise, une crise qui paralyse le pays depuis six mois. Rien n'est encore officiel, tout ce qu'on sait c’est que le pouvoir et la coalition sont unanimes pour aller au dialogue. L'armée togolaise a-t-elle sa place à la table de discussion ? Même ce point ne semble pas avoir l'adhésion de tous.

Qui doit  prendre part au dialogue togolais, pour le moment rien n'est précis, le pouvoir et la coalition des 14 partis de l'opposition sont unanimes  sur la date d'ouverture proposée par les médiateurs ghanéen et guinéen. Officiellement on ignore encore tout de l'organisation.

Et les supputations vont bon train : ce dialogue doit être inclusif et ce serait une erreur stratégique dont les conséquences seraient nuisibles  pour l'avenir du pays, annonce Gabriel Agbéyomé Kodjo, ancien Premier ministre sous Gnassingbé père. Ce dialogue doit rassembler toutes les couches pour recueillir l'adhésion de tous, y compris l'armée  qui a joué un important rôle dans l'histoire politique de ces dernières années : « Quand vous considérez la dernière décennie, l’armée a échoué un rôle, qui est sorti de son cadre légal. Il est donc normal qu’au cours de ce dialogue, l’armée puisse prendre part et affirme son impartialité, et revienne aux missions constitutionnelles qui sont les siennes. »

La participation des forces armées au dialogue n'est  pas discutée au sein de la coalition des 14, confie Fulbert Sassou Attisso, on ne s'y oppose pas, mais on trouve que ce n'est pas nécessaire : « Lorsque le pouvoir civil adhère aux conclusions qui vont être issues du dialogue et qu’il aura accepté que le pays doit aller vers une alternance, et bien c’est lui qui doit s’engager à ne pas instrumentaliser l’armée à des fins de conservation du pouvoir. »

La question des forces armées n'est qu'un point parmi tant d'autres qui animent tous les états-majors  politiques à la veille de ce dialogue ; le pays est très éprouvé après près six mois de contestation de rue, tout le monde fonde l'espoir sur ce dialogue.