Afrique du Sud: dans l'attente de l'annonce du départ de Jacob Zuma

Conférence de presse du comité exécutif de l'ANC le 13 février à Johannesburg après une longue session pour discuter du sort du président Zuma.
© REUTERS/James Oatway

Est-ce la fin du suspense en Afrique du Sud ? Le comité exécutif du Congrès national africain – le parti présidentiel – a décidé hier mardi de « rappeler » officiellement le président Jacob Zuma. C'est maintenant au Président de donner sa réponse. Hier, le secrétaire général de l’ANC a laissé entendre que la réponse de Jacob Zuma est attendue dès aujourd’hui alors qu'une réunion des parlementaires de l'ANC a été convoquée. Et l'on apprend ce matin une opération de police au domicile de la famille Gupta, proche du président Zuma.

C’est peut être une nouvelle journée d’attente qui s’annonce, puisqu’on ne sait toujours pas quand Jacob Zuma compte s’exprimer.

Hier, le secrétaire général de l’ANC a été clair : le parti n’a pas imposé un calendrier au président Zuma, même s’il attend que celui-ci parte au plus vite.

Le secrétaire général a d’ailleurs glissé que l’annonce pourrait se faire dès aujourd’hui, une manière sans doute de poser implicitement un ultimatum.

Même si Jacob Zuma peut encore tenir tête à son parti, ses options sont de plus en plus réduites, et la pression monte…

Le programme du Parlement a été bouleversé ce mercredi pour permettre une réunion du groupe parlementaire de l’ANC. Le porte parole des députés de la majorité a confirmé mardi soir qu’il s’agit de discuter de la possibilité de lancer une procédure de destitution contre le Président de la République.

Si Jacob Zuma résiste, les parlementaires de la majorité présidentielle peuvent choisir de lancer leur propre recours ou bien se rallier à l'opposition qui porte déjà une motion de défiance contre Jacob Zuma. Celle-ci sera examinée en principe le 22 février.

Opération de police au domicile de la famille Gupta

Par ailleurs, on apprend ce mercredi matin que la police anti-corruption a mené un raid dans la luxueuse maison de la famille indienne Gupta à Johannesburg, à l’aube. Cette fratrie indienne, très proche de Jacob Zuma, est soupçonnée d’avoir encouragé la corruption au sommet de l’Etat…

Alors que l’Afrique du Sud retient son souffle, cette opération policière semble un autre signe que la chute de Jacob Zuma est maintenant très proche.

►à (ré)écouter: «Jacob Zuma veut obtenir des garanties» (Marianne Séverin, politologue, chercheuse au laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM) de Sciences Po Bordeaux et spécialiste de l'ANC était l'invitée de RFI mardi)

Les négociations ont lieu secrètement en coulisses, au sein de l'exécutif de l'ANC. Ce qui agace Sibongile, une secrétaire à la retraite et une fidèle du parti. «J'ai combattu avec l'ANC, nous raconte-telle, j'ai des cicatrices de ces années de combat. Je continuerais de suivre le parti mais ils doivent bien négocier... Car il s'agit de l'intérêt national. Il faut que les leaders mettent leurs sentiments personnels de côté»
Partira, partira pas ? Les Sud-Africains sont fatigués des rumeurs et de l'attente
14-02-2018 - Par Noé Hochet-Bodin

Le «feuilleton» Zuma est aussi à la Une de la revue de la presse africaine