La Libye célèbre sans joie les sept ans de la chute de Kadhafi

Benghazi fut la première ville à se soulever comme le «Guide» libyen, en février 2011. Sept ans plus tard, la paix n'est toujours pas revenue.
© AFP

Le 15 février 2011 en Libye, des manifestations commençaient à Benghazi dans l'est du pays, avant de s'amplifier deux jours plus tard. Elles ont conduit avec l'intervention de l'Otan à mettre fin au régime de 42 ans de Mouammar Kadhafi. A Tripoli, on se prépare à fêter le septième anniversaire de la révolution dite du 17 février, mais le cœur des Libyens n'est vraiment pas à la fête.

La capitale libyenne vit une activité intense : opérations de réparations et de grand nettoyage dans les rues de Tripoli. Les chemins qui mènent vers la place des Martyrs, l'ancienne place Verte, sont désormais fermés pour raison de sécurité.

Tout est prêt ou presque pour accueillir en fête le 17 février, jour symbolique du soulèvement libyen de 2011. Mais, plus que jamais, les Libyens, qui ont mis tout leur espoir dans cette révolution, sont au-delà de la déception et se sentent trahis.

« Il y a quelque chose de triste »

Malgré ces préparatifs, « il y a quelque chose de triste. Peut-être que Tripoli regrette comme nous », écrit un internaute.

En effet, l'insécurité est totale dans le pays, la lutte pour le pouvoir s'est intensifiée, la division s'approfondit, l'Etat est absent et les 3 000 milices règnent en maître avec entre les mains des dizaines de millions d'armes...

Quant à l'économie, elle reste très en deçà de son potentiel, alors que le pays constitue la première réserve pétrolière en Afrique. Le manque de liquidité oblige les citoyens à attendre pendant de longues heures dans des files sans fin pour obtenir une partie de leurs salaires.

L'Occident impuissant

Confrontés à ce chaos, les Libyens ne cachent plus leurs regrets. Le représentant spécial de l'ONU pour la Libye laisse entendre ses doutes quant à la tenue des élections générales prévues normalement cette année. L'Occident qui fait son mea culpa au vu des conséquences de son intervention en Libye, parait impuissant devant l'étendue du problème. La situation est plus que jamais dans l'impasse.

Libye: un parlementaire qualifie la révolution de 2011 de «catastrophe»

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.