Maroc: expulsion de deux avocates françaises des prisonniers sahraouis

Sahara occidental.
© ©Yaiza Martín

Le Maroc expulse une nouvelle fois deux avocates françaises des prisonniers sahraouis dans l'affaire de Gdeim Izik. Alors qu'ils sont considérés comme des prisonniers politiques par les Sahraouis, le Maroc lui les tient comme responsables des violences contre les forces de l'ordre en 2010, violences qui ont tué onze policiers et gendarmes. RFI a joint l'une des avocates. Ingrid Metton, l'une de deux avocates expulsées, ce mercredi, s'indigne face à l'entrave à l’exercice des droits de la défense.

Ingrid Metton, l'une de deux avocates expulsées ce mercredi, s'indigne face à l'entrave à l’exercice des droits de la défense.

Je rappelle que dans ce dossier très difficile, dit le procès des prisonniers politiques de Gdeim Izik , le royaume du Maroc a déjà été condamné par le Comité des Nations unies contre la torture, qui a reconnu que l’un des accusés.

Ingrid Metton, l'une de deux avocates expulsées
15-02-2018 - Par Houda Ibrahim

Les prisonniers ont été renvoyés en cassation, suite à leur condamnation par la cour d'appel de Rabat le 19 juillet 2017.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.