Republier
Rwanda RDC

Violents affrontements entre l'armée congolaise et l'armée rwandaise

Militaires en patrouille dans le parc des Virunga vu depuis le Mikeno Lodge.
© RFI/Léa-Lisa Westerhoff

Les accrochages se sont déroulés mardi 13 février après-midi vers Bikenge, dans le parc des Virunga, au pied du mont Visoke. La RDC accuse l'armée rwandaise d'avoir fait une incursion sur son sol et a saisi le mécanisme conjoint de vérification de la région des Grands Lacs (CRIGL) pour enquêter. Il y aurait des morts dans chaque camp.

Selon le porte-parole de l'armée congolaise dans la zone, cela faisait près d'une semaine que des troupes - au départ non identifiées - avaient été repérées près de la frontière, côté congolais. D'où la décision mardi d'envoyer des hommes sur place pour en avoir le coeur net. « C'est lors de cette patrouille que nos hommes sont tombés sous le feu ennemi. Après échange de tirs, l'ennemi s'est révélé être l'armée rwandaise », explique Guillaume Ndjike-Kaiko.

Pour la RDC, il s'agit bien d'une « incursion » de l'armée rwandaise. Mais les  bornes censées matérialiser la démarcation entre les deux pays ne sont toujours pas installées. En urgence mardi, Kinshasa a donc saisi le mécanisme régional chargé des frontières. « Les premières coordonnées que nous avons établies montrent que l'armée rwandaise était positionnée un peu chez nous, à 200 à 400 m de profondeur. Néanmoins, nous avons demandé au mécanisme conjoint de vérifier ces coordonnées. C'est après cette vérification que nous pourrons trouver des solutions définitives », Valérien Mbalutwirandi, ministre provincial de l'Intérieur pour le Nord-Kivu.

Le mécanisme conjoint a dépêché une équipe côté rwandais dès mercredi soir et espère rendre ses conclusions d'ici une semaine.

Le gouvernement du Rwanda a réagi sur les réseaux sociaux. Le ministre d'Etat rwandais a qualifié les accusations d'incursion sur le sol congolais de « fake news ». Pour ce membre du gouvernement rwandais, ce n'est pas la première fois que la RDC cherche à « créer une diversion pour faire oublier ses problèmes internes ». « C'est du réchauffé qui n'impressionne plus personne », dit encore Olivier Nduhungihere, qui dénonce en revanche de multiples incursions ces dernières années de l'armée congolaise sur son sol.

Une source proche de l'armée rwandaise dément tout incursion sur le sol congolais et dit ne pas croire à la thèse d'une confusion avec de présumés ex-rebelles du M23. « Ce sont les RDF (forces rwandaises) qui ont été attaqués alors qu'ils se trouvaient sur le sol rwandais », dit cette source.

Aucun bilan des affrontements n'a été fourni. Des sources militaires congolaises évoquent des morts des deux côtés. Les sources rwandaises démentent. D'autres sources font état de cinq morts chez les FARDC et 6 blessés chez les RDF.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.