Republier
Éthiopie

Ethiopie: l'état d'urgence à nouveau instauré

Des agents de police à Bishoftu, au sud-est d'Addis-Abeba, le 2 octobre 2016.
© Zacharias ABUBEKER / AFP

Six mois après la levée du précédent, le Conseil des ministres a réinstauré cette mesure de restriction des libertés. C'est ce qu'a annoncé la télévision nationale EBC vendredi 16 février en fin de journée. D'après le compte Facebook de la coalition au pouvoir, il devrait durer six mois. Cette annonce intervient 24 heures après celle de la démission du Premier ministre, Hailemariam Dessalegn, et alors que des manifestations ont encore eu lieu ces dernières semaines dans plusieurs régions du pays. C'est la seconde fois en un an et demi que le pays est sous état d'urgence.

Des « détentions en masse, des poursuites judiciaires à visée politique et de multiples restrictions de mouvement et de communication » pour les Éthiopiens. C'est ainsi que l'ONG Human Rights Watch résume l'état d'urgence en vigueur entre octobre 2016 et août 2017.

Cette loi d'exception est prévue par la Constitution de 1995. Pendant toute sa durée, le pouvoir est exercé depuis un poste de commande militaire. Le gouvernement peut alors attenter aux libertés politiques et démocratiques, à l'exception notable du droit à ne pas subir de traitement inhumain. La Constitution ne précise pas les mesures exactes qui peuvent être prises.

L'an dernier, un couvre-feu était en vigueur autour d'usines, de fermes et d'institutions gouvernementales. Les diplomates étrangers ne pouvaient sortir d'un rayon de 40 kilomètres autour d'Addis-Abeba. Les forces de l'ordre pouvaient rechercher, arrêter des personnes et fouiller leur domicile sans mandat. L'armée fédérale était largement déployée. Les réseaux sociaux et internet très bridés.

Juridiquement, le Parlement doit valider l'état d'urgence dans les quinze jours à venir. Une commission d'enquête est aussi censée vérifier sa mise en œuvre. Mais de nombreux défenseurs des droits humains ne sont pas convaincus.

« Ce n'est une  bonne nouvelle pour aucun d'entre nous et on s'attend à ce que la crise s'accentue à cause de l'état d'urgence, déplore l'opposant Merera Gudina, leader d'un des partis oromos. Je ne pense pas que ce soit de nature à régler quoi que ce soit de la crise politique que traverse ce pays. L'état d'urgence signifie qu'on t'empêche de faire tes activités, on les réduit. J'ai par exemple été détenu parce qu'ils ont dit que je n'avais pas respecté l'état d'urgence en voyageant en Europe pour être auditionné par le parlement européen. Détentions, tueries... vous savez des milliers et des milliers d'Oromos ont été détenus à cause de l'état d'urgence donc ce n'est vraiment pas une bonne nouvelle. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.