La filiale de Veolia au Gabon doit fermer boutique

Le siège de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) à Libreville.
© AFP / Coumba Sylla

L'Etat gabonais a mis fin à la concession qui le liait au groupe français Veolia, dont la filiale gabonaise, la SEEG, assurait la distribution de l'eau et l'électricité. A l'origine de cette rupture de contrat, une incapacité pour la société française de fournir correctement l'eau et l'électricité aux populations. L'Etat affirme aussi que les négociations pour un nouvel accord ont échoué.

La décision du gouvernement gabonais est tombée comme un coup de tonnerre. Quasiment personne ne s'attendait à une telle fermeté. Durant la première concession de vingt ans qui a pris fin l'année dernière, la SEEG et l'Etat gabonais ont eu des fortes poussées de fièvre mais n'étaient pas parvenus à une décision aussi radicale.

La situation s'est rapidement dégradée. Depuis lundi, des ONG de consommateurs ont mobilisé tous les jours des dizaines de clients devant le siège de la SEEG. Les uns réclamaient de l'eau, les autres dénonçaient des factures fantaisistes alors que d'autres exigeaient le départ du groupe français.

Jeudi, Antoine Boo, directeur de la SEEG, a été reçu au palais présidentiel par le directeur de cabinet du chef de l'Etat. Vendredi, la décision est tombée. La concession est interrompue. L'entreprise est exceptionnellement réquisitionner pour assurer le service public. Un organe ad hoc de transition assurera la gestion de l'entreprise jusqu'au départ définitif de Veolia. Dans un communiqué, Veolia regrette cette rupture brutale et la perquisition de l'entreprise par la police.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.