Bénin: des députés et des anciens ministres dans le viseur de la justice

L'ancien président béninois, Thomas Boni Yayi.
© SEYLLOU / AFP

Au Bénin, le procureur de la République réclame la levée de l’immunité de trois députés de l’opposition et la poursuite de trois anciens ministres de l’ancien président Thomas Boni Yayi devant la Haute Cour de justice. Ces requêtes ont été adressées à l’Assemblée nationale en milieu de semaine via le ministre de la Justice. Ces personnalités sont visées pour des affaires de mauvaise gestion, de trafic de faux médicaments et de détention d’argent liquide à domicile.

Tout est parti des audits commandités par Patrice Talon à son arrivée à la présidence du Bénin en 2016. Les auditeurs ont relevé la mauvaise gestion et des dérives dans la filière coton ainsi que la triche dans les concours de recrutement pour la fonction publique.

Sur les trois députés visés par le procureur de la République, l’un a dirigé la société nationale de coton, un autre s’est occupé d’intrants. Ce dernier a d'ailleurs été élu secrétaire exécutif national du parti de l'ancien président Thomas Boni Yayi, les Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), il y a quelques jours.

Le troisième parlementaire est également un opposant politique. Il est dans le collimateur de la justice pour trafic et vente de présumés faux médicaments.

« Persécution » des hommes politiques

Quant aux trois anciens ministres que le procureur de la République souhaite envoyer devant la Haute Cour de justice, il s’agit des ministres de l’Agriculture, de la Fonction publique et des Finances.

L’argentier national de l’époque se serait fait voler une forte somme d’argent à domicile. La justice veut l’entendre sur l’origine de ces fonds.

Pas de réaction des intéressés pour le moment. Interrogé par RFI, l’avocat de l’ex-ministre des Finances estime que « la persécution des hommes politiques continue ». De son côté, le profil WhatsApp du secrétaire exécutif du parti FCBE affiche le message suivant : « Garde le silence, l’Eternel combattra pour toi ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.