Republier
RDC

Répression en RDC: la famille de Thérèse Kapangala porte plainte pour «assassinat»

Répression à Kinshasa, le 21 janvier 2018.
© REUTERS/Kenny Katombe TPX IMAGES OF THE DAY

En République démocratique du Congo (RDC), la famille de Thérèse Déchade Kapangala, tuée lors des marches du 21 janvier dernier, a décidé de porter plainte pour « assassinat » contre le commissaire provincial de la police de la capitale, Kinshasa, le général Kasongo, ainsi que les policiers sous son commandement. Le courrier a été adressé le 15 février au procureur général de la République et à l'auditeur général des FARDC, l'armée congolaise. Selon des témoins et ses proches, la jeune fille de 24 ans a été tuée d'une balle dans le coeur alors qu'elle se trouvait à l'intérieur de sa paroisse.

En République démocratique du Congo (RDC), les proches de Thérèse Kapangala tuée lors des manifestations du 21 janvier dernier à Kinshasa, la capitale, déposent une deuxième plainte, pour assassinat cette fois. La première, contre X, est restée lettre morte.

Leur avocat, Me Jean-Marie Kabengele, dit avoir réuni des « preuves » de la « responsabilité pénale » du chef de la police de Kinshasa, le général Kasongo.  « Il n'était pas sur place mais il sait quel bataillon étaient déployés, et ces derniers agissaient sous son commandement », argumente l'avocat.

Dans le courrier adressé aux autorités judiciaires, la famille détaille les circonstances du décès, évoque « une voix semblable à celle d'une femme » qui aurait ordonné « Tirez » à un policier qui serait « monté » sur un véhicule pour avoir accès à l'intérieur de la paroisse fermée et où se trouvait la victime quand une balle l'a atteint en plein coeur.

« Crime contre l'humanité »

« Un assassinat aux apparences de crime contre l'humanité » peut-on lire dans la plainte, parce que perpétré dans une église, « un lieu protégé par les conventions de Genève ».

Le 15 février, la famille a pourtant été reçue par le ministère des Droits humains dans le cadre de la commission d'enquête ouverte sur la répression des marches des laïcs. « Mais nous n'avons aucune confiance en une commission qui agit sous contrôle de l'Etat », explique l'avocat.

« Porter plainte, c'est leur droit », répond la ministre Marie-Ange Mushobekwa, qui promet en tout cas de remettre ses conclusions à son homologue de la Justice d'ici une semaine.

Le général Kasongo n'a pas souhaité réagir. A la veille de la marche, il avait assuré avoir donné ordre à ses hommes de ne faire aucune victime le 21 janvier et de respecter les droits de l'homme. Le porte-parole de la police nationale, lui, n'était pas joignable pour un commentaire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.