Republier
Nigeria

Nigeria: introuvable, le leader biafrais Nnamdi Kanu encore absent à son procès

Le principal leader indépendantiste biafrais (IPOB) Nnamdi Kanu après avoir été mis en liberté sous caution par la Haute cour fédérale, à Abuja, le 25 avril 2017.
© STRINGER / AFP

Au Nigeria, Nnamdi Kanu, le chef de file du Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (IPOB), était toujours absent à son procès devant le tribunal fédéral d'Abuja, ce 20 février. Celui qui dirigeait Radio Biafra, une antenne basée à Londres, avait été incarcéré en octobre 2015 après des violences entre partisans de l'IPOB et forces de l'ordre. Remis en liberté en mars 2017, il avait peu à peu rallié au sein de son mouvement des milliers de partisans du sud-est du Nigeria marginalisé. Mais il reste introuvable depuis cinq mois. Coup de bluff ou enlèvement par l'armée ? La question suscite beaucoup de rumeurs. Ses proches et son avocat demandent des comptes.

L'épouse de Nnamdi Kanu et des membres du mouvement biafrais IPOB racontent tous la même histoire. Ils ont vu le chef de file du groupe indépendantiste Igbo pour le Biafra pour la dernière fois le 14 septembre 2017, peu avant un assaut des militaires nigérians contre sa résidence, dans la ville d'Umuahia. Le lendemain, le mouvement IPOB etait classé « groupe terroriste » par les autorités.

Depuis, le charismatique animateur de Radio Biafra, une antenne basée à Londres, poursuivi pour trahison et atteinte à la sécurité de l'Etat, ne s'est jamais présenté à son procès mi-octobre.

Fuite en Grande-Bretagne ?

Cette absence alimente d'innombrables rumeurs sur l’endroit où il se trouve. Ses proches accusent l'armée de le détenir en secret. Ce que les militaires démentent. « Je suis inquiet, a déclaré Ifeanyi Ejiofor, son avocat. Je ne suis pas en mesure de dire ou se trouve mon client. Je ne sais même pas s'il est en vie ».

« Il faut que la personne qui devait être au tribunal le 11 octobre 2017 puisse se présenter à son procès, poursuit-il. A aucun moment Nnamdi Kanu n'a manifesté son intention de ne pas se présenter. Mais les militaires l'en ont empêché. Pour cela, il ont organisé un raid sur sa résidence, ils ont tué des gens, ont enlevé Nnamdi Kanu et maintenant ils disent nier l'endroit où il se trouve ».

Un ancien gouverneur de l’État d’Abia avait un temps affirmé que Nnamdi Kanu, qui possède la double nationalité, avait fui en Grande-Bretagne. Mais l’ambassade britannique a réfuté ces allégations.

La prochaine audience est prévue le 28 mars devant le tribunal d'Abuja, la capitale nigériane. Les trois personnes qui se sont porté caution pour Nnamdi Kanu sont d'ailleurs convoquées afin d'expliquer les raisons de ses absences successives.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.