Zimbabwe: derniers hommages à Morgan Tsvangirai

Des partisans du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), le parti de Morgan Tsvangirai, lors d'une cérémonie d'hommage à leur leader, le 19 février 2018 à Harare.
© Jekesai NJIKIZANA / AFP

Au Zimbabwe, plusieurs milliers de personnes ont rendu hommage le 19 février à Morgan Tsvangirai, le chef de l'opposition. A Harare, la foule s’est réunie sur la place de la Liberté, qui porte désormais le nom de son éternel rival, l'ancien président Robert Mugabe. Morgan Tsvangirai a été inhumé le 20 février dans son village de Buhera, dans l'est du Zimbabwe. Là encore, des milliers de ses partisans, de diplomates et de responsables politiques étaient sur place pour rendre un dernier hommage à l’ancien premier ministre.

Une cérémonie commémorative a eu lieu le 19 février à Harare. La capitale du Zimbabwe disait adieu à Morgan Tsvangirai. Mais ce rassemblement, malgré l’émotion et le recueillement, était aussi éminemment politique. Pour faire leurs adieux à Morgan Tsvangirai, ses partisans s’étaient habillés en rouge, la couleur de son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

« Héros national »

S'adressant à la foule, le président en exercice du MDC a encensé un homme qu’il a décrit comme « un héros national ». Nelson Chamisa a aussi lancé un appel à la mobilisation de l’opposition. « La meilleure façon de rendre hommage à Morgan Tsvangirai, a-t-il déclaré, serait de remporter les prochaines élections ». Elles doivent avoir lieu d'ici le mois de juillet.

Le MDC est pourtant au bord de l'implosion, au vu les rivalités entre ses trois vice-présidents. Il n'est pas exclu que la Zanu-PF l'emporte une nouvelle fois.

Après la cérémonie, place Robert Mugabe, la dépouille de Morgan Tsvangirai a été transportée dans la soirée en hélicoptère jusqu'à son village de Buhera, à 250 kilomètres de Harare, où il a été inhumé le 20 février.

Inhumation

Malgré la pluie, des milliers de personnes ont fait le déplacement à Buhera pour rendre un dernier hommage à Morgan Tsvangirai. Ont assisté aux obsèques la vice-présidente du Zimbabwe, Oppah Muchinguri, qui est membre du parti au pouvoir, des diplomates et des responsables politiques africains.

Parmi eux, l'opposant kényan Raila Odinga, qui en a profité pour dénoncer les fraudes électorales en Afrique. Mais l'ancien Premier ministre du Kenya a surtout salué un homme qu'il considère comme un héros. « Je suis venu pleurer un frère et un grand ami. Dans ce cercueil repose un grand Africain, un grand Zimbabwéen et un héros qui reçoit aujourd'hui, et comme il se doit, l'hommage dû à un héros du Zimbabwe », a-t-il déclaré.

Morgan Tsvangirai n'est jamais parvenu à prendre le pouvoir. Au scrutin de 2008, il était arrivé en tête du premier tour, mais avait finalement renoncé en raison des violences dont ses partisans étaient victimes. Quelque 200 personnes avaient été tuées. Et un nombre encore plus élevé de femmes avait été violées.

Hier, lors de l’enterrement de Morgan Tsvangirai, un de ses proches, Arthur Mutambara, a rendu hommage au courage d’un ami, un homme, dit-il, qui « a accepté de sacrifier sa victoire pour sauver le Zimbabwe ».

M. Tsvangirai reposera aux côtés de sa première épouse, Susan, morte dans un accident de voiture en 2009.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.