Republier
Togo

Togo: des prisonniers bénéficient d'une libération provisoire

Dans un quartier défavorisé de Lomé, capitale du Togo (photo d'illustration).
© Getty Images/Godong

Au Togo, le dialogue politique amorcé à Lomé le 19 février dernier pour une sortie de crise commence à faire son effet. Les détenus dans l'affaire des incendies des marchés de Kara et Lomé retrouvent leurs familles. Ils ont tous bénéficié d'une liberté provisoire ce 21 février et sont rentrés chez eux.

Au Togo, six personnes étaient encore en détention dans l'affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé de janvier 2013. Elles ont regagné leurs familles respectives ce 21 février après avoir obtenu la mise en liberté provisoire et avoir été placées sous contrôle judiciaire.

Au total, 35 personnes ont été libérées ce 20 février, six le 21 février. Quarante-deux sont encore en détention, selon le ministre de la Justice, Pius Agbétomey. Selon le garde des Sceaux, elles sont sous le coup d'une procédure criminelle et quatre autres sont sous celui d'une procédure correctionnelle, dont le jugement est en cours.

Sujets en suspens

Eric Dupuy, chargé de la communication de la coalition, demande d'autres signes de la part des autorités. « On attend d'avantage puisqu'on ne peut pas accepter que des militants, parce qu'ils contestent le régime, soient emprisonnés, déclare-t-il. Pour nous, il faut que tous ces prisonniers soient relâchés, que les inculpations soient levées suite aux incendies des marchés de Kara et de Lomé. Ils sont toujours sous le coup d'une inculpation au même titre que Jean-Pierre Fabre, chef de file de l'opposition. Ceci, pour nous, est totalement inadmissible. Nous demandons un règlement politique de cette affaire ».

« Et puis surtout, poursuit Eric Dupuy, il y a trois villes qui sont encore en état de quasi-siège. Je veux parler de Sokodé, Mango et Bafilo. Il y a beaucoup de réfugiés togolais provenant de ces trois villes qui sont au Ghana et au Bénin. Donc, nous ne pouvons pas accepter d'aller aux discussions tant que ces mesures d'apaisement ne sont pas réalisées dans leur entièreté ».

Si la question des prisonniers a beaucoup évolué ces dernières heures, d'autres sujets restent en suspens dans les mesures d'apaisement. Par exemple, la levée de l'état de siège des villes de Sokodé, Bafilo et Mango, la liberté de manifester dans toutes les villes du pays notamment à Kara, l'arrêt du harcèlement des dirigeants et des militants de l'opposition à l'intérieur du pays et le retour des exilés et des déplacés.

A ces sujets s'ajoute la restitution du passeport du député Targone Sambrini Wakin saisi par le juge d'instruction depuis quatre ans. Ces points devraient être communiqués au facilitateur avant la reprise des discussions ce 23 février.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.