Republier
Djibouti

Législatives à Djibouti: fin officielle de la campagne électorale

Une rue de Djibouti.
© Wikimedia Creative Commons/CC BY 3.0

A Djibouti, la campagne électorale s’est officiellement terminée ce 21 février à minuit. Les législatives se tiendront ce 22 février pour renouveler les 65 sièges de l’Assemblée nationale. Le parti au pouvoir, l'Union pour la majorité présidentielle (UMP), part grand favori devant une opposition divisée et qui se retrouve une fois de plus en ordre dispersé.

« Nous sommes très confiants », déclare sans hésitation le président de l’Assemblée nationale de Djibouti. Mohamed Ali Houmed explique qu’en 13 jours de campagne, l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) a parcouru tout le pays, pour notamment vanter les infrastructures réalisées durant la dernière législature : port, routes, investissements, développement.

La majorité est apparue comme un rouleau compresseur, organisant des meetings quotidiens. Elle est d’ailleurs la seule formation à présenter des candidats pour chaque siège.

En face, l’opposition est divisée en factions. D’un côté, une opposition dite légale mais aux moyens limités. L’Alliance républicaine pour le développement (ARD) a présenté en tout six candidats dans la zone de Tadjourah. « Notre parti se reconstruit, explique Cassim Ahmed Dini. Il nous faut d’abord une base chez la population Afar ».

« Scrutin joué d'avance »

Le chef de l’ARD explique avoir fait campagne pour dénoncer le taux de chômage des jeunes, la mainmise de la Chine sur les ressources, l’insécurité du Nord ou encore le contrôle du pouvoir sur les institutions.

Le Centre des démocrates unifiés (CDU), lui, a seulement présenté six candidats à Ali Sadieh, au Sud. Enfin, dans la ville de Djibouti, l’alliance UDJ-PDD a présenté 35 candidats mais aucun à l’intérieur du pays.

Une autre faction de l’opposition, illégale celle-ci, a choisi de boycotter. Aden Mohamed Abdou dénonce les manipulations du pouvoir pour susciter les divisions. Le chef du parti ARD dit historique estime que l’élection est jouée d’avance, avec une commission électorale aux ordres et une opposition officielle choisie et servant de faire-valoir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.