Somalie: 18 morts dans un attentat en plein centre de Mogadiscio

Une ambulance Aamin repart du lieu de l'attentat, près du palais présidentiel, à Mogadiscio, le 23 février 2018.
© REUTERS/Feisal Omar

La capitale somalienne a été secouée vendredi 23 février par deux explosions en centre ville. Bilan : 18 morts et 20 blessés. La dernière attaque remonte à octobre 2017 : plus de 500 personnes avaient perdu la vie. Cette fois-ci, ce sont des symboles de l'Etat qui sont visés.

Un calme lourd a envahi les rues de Mogadiscio vendredi, après la double explosion, qui s'est produite près du palais présidentiel et d'un hôtel.

Certains habitants, apeurés, ont tout de même pris le temps de filmer la fumée, qui se dégageait dans le ciel. Les services d'ambulance Aamin rapportent avoir soigné une vingtaine de blessés. Selon cette source, on compte 18 morts parmi les victimes.  

Ces attaques ont immédiatement été revendiquées par les islamistes shebabs, affiliés à al-Qaïda. Ce groupe terroriste, retranché dans des zones rurales, dit avoir ciblé les services du gouvernement. Après cet acte de violence, le ministre de la Communication a adressé un message d'encouragement aux habitants de Mogadiscio : « nous ne baissons pas les bras pour poursuivre les auteurs de cette attaque haineuse », affirme Abdirahmane Osman.

Cet attentat intervient au moment où l'Amisom commence à réduire ses effectifs. 280 soldats ougandais devraient prochainement quitter le pays. Un retrait progressif, d'ici 2020.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.