Republier
Gabon

Gabon: polémique sur le découpage électoral pour le scrutin sénatorial

Gabon: un électeur devant les listes électorales, Libreville, district de Rio, présidentielle de 2016 (photo d'illustration)
© MARCO LONGARI / AFP

Au Gabon, après avoir décidé en janvier dernier d'augmenter le nombre de députés de 120 à 143, le gouvernement a décidé vendredi 23 février, en conseil des ministres, de réduire de moitié le nombre de sénateurs. De 102, ils ne seront plus que 52. Considérée comme une réponse à la réduction du train de vie de l'Etat, cette décision suscite la polémique car certaines provinces auront plus de sénateurs que d'autres.

A première vue, la réforme est choquante au niveau de la répartition des sénateurs par province. La province du Haut-Ogooué dont est originaire le président Ali Bongo compte 11 sénateurs. L'Estuaire, la province la plus peuplée du Gabon et qui abrite la capitale ne compte elle que 8 sénateurs. D'autres provinces n'auront que deux ou 4 élus.

Alain Claude Bilie By Nze, porte-parole du gouvernement, explique à RFI cette étrange inégalité. « Il ne s’agit pas de tenir compte ici de la démographie ou de l’étendue. La base c’est le département. Nous avons 48 départements : c’est la raison pour laquelle, certaines provinces qui ont plus de départements ont plus de sénateurs que d’autres. Mais c’était une base qui nous paraissait la seule légitime pour assoir des élus sans contestation ».

Ancien ministre passé à l'opposition, Alexandre Barro Chambrier, président du parti Rassemblement héritage et modernité dénonce lui une poudre aux yeux. « Il s’agit là d’une réforme cosmétique: c’est une cote mal taillée, des calculs politiciens. Et tout cela n’est pas acceptable pour la coalition dont nous sommes membres. »

Avant les réformes en cours, le Gabon comptait 222 députés et sénateurs. Ils seront désormais 195 soit 27 de moins.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.