Republier
Kenya

Le Kenya interdit l'abattage des arbres pendant trois mois

La forêt de Mau au Kenya.
© © AFP/Roberto SCHMIDT

Au Kenya, le gouvernement tente de répondre à la sécheresse qui s'abat sur le pays. Plusieurs millions de Kényans sont aujourd'hui en situation d'insécurité alimentaire selon la Croix-Rouge, et l'approvisionnement en eau de la capitale est en péril. Le vice-président William Ruto a annoncé ce week-end une interdiction totale de couper des arbres dans les forêts kényanes, et ce pour une durée de trois mois. Le but : mettre un frein à la déforestation et sauver les rivières du pays.

« La déforestation met en péril la sécurité alimentaire du pays » a expliqué William Ruto. Outre l'interdiction de l'abattage d'arbres pendant 90 jours, le vice-président a demandé au ministère de l'Environnement de mettre en place un groupe de travail qui devra trouver des solutions à la crise.

Avant l'indépendance, les forêts recouvraient 12% du Kenya. Aujourd'hui, elles représentent seulement 7,5% du territoire. L'abattage illégal d'arbres, la production de charbon et la pression démographique menacent les bassins hydrographiques du pays.

Parmi eux, le plus important, celui de la forêt de Mau dans la vallée du Rift, dont les rivières alimentent 7 lacs, dont le lac Victoria mais aussi le Masai Mara. « Il est trop tard, cette décision aurait dû être prise il y a dix ans », regrette Richard Keter, président de l'ONG Greenlife Ecosystem, qui replante des arbres dans la forêt de Mau.

Aujourd'hui, certaines rivières sont complètement asséchées et le bétail commence à mourir, explique-t-il. La sécheresse actuelle a été déclarée catastrophe naturelle en février 2017 par le président Uhuru Kenyatta.

La dernière saison des pluies, très faible, a encore aggravé la situation. Le gouvernement a promis de débloquer environ 30 millions d'euros pour venir en aide à la population.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.