Republier
RDC

Marches des chrétiens en RDC: la majorité dénonce une «manipulation»

La police devant la cathédrale Notre-Dame à Kinshasa, le 25 février 2018.
© REUTERS/Goran Tomasevic

En RDC, c'est la bataille des chiffres sur le bilan après la répression des marches de ce dimanche 25 février. La police assure avoir respecté son objectif de « zéro mort » mais les organisateurs, le Comité laïc de coordination, parlent de trois tués. La Monusco avance un bilan de 2 morts au moins, 47 blessés, plus de 100 arrestations. Dans une interview accordée à RFI, Marie-Ange Mushobekwa, ministre congolaise des Droits humains, donne le bilan de deux morts à Kinshasa et à Mbandaka. De son côté, André-Alain Atundu, porte-parole de la majorité présidentielle, dénonce une « manipulation ».

Dans une interview accordée à RFI, Marie-Ange Mushobekwa, ministre congolaise des Droits humains, confirme le bilan de deux morts dimanche 25 février en marge des marches initiées par le Comité laïc de coordination (CLC) contre le maintien au pouvoir du président Kabila, l'un à Kinshasa, l'autre à Mbandaka. La ministre dit « regretter » que ces personnes soient mortes et indique que des enquêtes sont en cours, à l'issue desquelles les responsabilités seront établies et les sanctions prises.

« Nous regrettons de constater qu’il y a eu un cas de décès à Kinshasa et un cas de décès à Mbandaka. Nous avons donc enregistré deux morts à travers toute la République démocratique du Congo. Nous regrettons que ces personnes soient mortes, quelles que soient les circonstances dans lesquelles elles ont perdu la vie. Au stade actuel des choses, nous ne pouvons pas vous dire ce qui s’est réellement passé. Nos équipes poursuivent les enquêtes sur le terrain pour savoir qui a donné la mort à ces gens. A l’issue de ces enquêtes, nous allons établir les responsabilités. Les coupables seront sanctionnés », a déclaré Marie-Ange Mushobekwa.

Le porte-parole de la majorité présidentielle dénonce une instrumentalisation

« Les chrétiens catholiques sont dépités par cette manipulation d’un groupe, une manipulation confusionniste, estime André-Alain Atundu. Au début, les chrétiens étaient convaincus qu’il s’agissait d’une initiative des chrétiens catholiques, mais après les déclarations sans ambages du secrétaire général de l’UDPS, cette connivence a mis à mal beaucoup de chrétiens. Et ils en sont arrivés à se demander pour qui travaille ce groupe, pourquoi ces manœuvres qui auront finalement comme résultat de retarder les élections. »

Selon le porte-parole de la majorité présidentielle, l’opposition « instrumentalise » les chrétiens pour servir leurs objectifs. « Pour nous, au sein de la majorité présidentielle, la conclusion est simple : les politiciens radicalisés du Rassemblement se cachent derrière les chrétiens, instrumentalisent ces chrétiens pour créer une atmosphère de chaos, de désordre politique, pour remettre à l’honneur leur plan initial de prise de pouvoir par des moyens non démocratiques, de préférence par la violence et la rue. »

André Alain Atundu
26-02-2018 - Par RFI

Mais pour Christophe Lutundula, vice-président du G7 et membre du rassemblement de l'opposition, c'est un faux procès que la majorité fait à l'UDPS et à ses alliés du Rassemblement, une tentative de distraire l'opinion publique. « Ceux qui tuent, qui répriment, qui pillent la République pour conserver le pouvoir en violation des lois, ce sont ceux-là qui donnent des leçons et qui prétendent que les démocrates et de paisibles citoyens veulent faire un coup d'Etat. Ces manifestations démontrent que le pouvoir ne survit que grâce à la répression, à l'usage des armes et des caisses de l'Etat. »

Pour le rassemblement de l'opposition, les marches des chrétiens sont bel et bien organisées par les comités laïcs de coordination, répondant à l'appel de la conférence épiscopale. Et si les fidèles, toutes tendances confondues, y ont répondu massivement, c'est qu'ils souhaitent l'ouverture de l'espace politique avant les élections.

RDC: deux morts dans la répression des marches organisées par le CLC

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.