Emmerson Mnangagwa en visite en RDC: vers un soutien renouvelé à Kabila?

Le nouveau président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, au Forum économique de Davos, en Suisse, le 24 janvier 2018.
© REUTERS/Denis Balibouse

Il s'agit de la quatrième visite d'un chef d'Etat en l'espace de quinze jours en République démocratique du Congo (RDC). Après Joao Lourenço (Angola), Denis Sassou Nguesso (Congo B.) et Ali Bongo (Gabon), le nouveau président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, est à Kinshasa depuis le 27 février. Le Zimbabwe est un allié historique de la famille Kabila. Alors que le Botswana a appelé la communauté internationale à mettre davantage de pressions sur la majorité présidentielle congolaise pour l'amener à renoncer au pouvoir et à « ouvrir la voie à l'instauration d'un nouveau régime politique », le Zimbabwe va-t-il rester un fort soutien du régime Kabila au sein de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) ?

Les relations privilégiées entre Harare et Kinshasa remontent à l'époque de Laurent-Désiré Kabila, au pouvoir entre 1997 et 2001, père de l'actuel président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph.

En 1998, alors que Laurent-Désiré Kabila est menacé par une rébellion dans l'est du pays à la solde du Rwanda et l'Ouganda, le Zimbabwe, tout comme la Namibie et l'Angola, offrent un appui militaire décisif à Laurent-Désiré Kabila pour éviter un putsch.

Quelques années plus tard, des rapports d'experts de l'ONU font état de l'implication d'Emmerson Munangagwa dans les mines du Congo. Un renvoi d'ascenseur pour services rendus ? « Le Crocodile », comme on le surnomme, a en tout cas été épinglé par les Nations unies dans l'exploitation illégale des ressources, à l'époque de la Deuxième guerre du Congo (1998-2003).

Rôle de l'Afrique du Sud

Des cables diplomatiques publié par Wikileaks révèlent par ailleurs qu'Emmerson Munangagwa était le conseiller spécial de l'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe pour la RDC au début des années 2000.

Joseph Kabila et le nouveau président du Zimbabwe se connaissent donc très bien. Quel choix diplomatique Emmerson Munangagwa va-t-il faire désormais ?
Va-t-il s'afficher en soutien indéfectible au régime Kabila ? Ou s'aligner sur le positionnement des Etats occidentaux qui appellent Joseph Kabila à organiser au plus vite les élections ?

Tout dépend aussi du positionnement de l' Afrique du Sud, estime la spécialiste de la région des Grands Lacs, Stéphanie Wolters. Car le Zimbabwe a besoin du soutien de ce poids lourd dans la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC).

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.