Republier
RCA

Procès en RCA: la population espère un recul de l'impunité

Vue du quartier PK5 à majorité musulmane à Bangui, en Centrafrique.
© AFP / MIGUEL MEDINA

La session criminelle de Bangui touche à sa fin après près de deux mois de procès, dont trois qui ont vu la condamnation de responsables de l'ex-Séléka ainsi qu'anti-balakas. Après des années de vide judiciaire dans ce pays meurtri par la guerre et le manque de volonté politique, la justice semble reprendre peu à peu ses droits en Centrafrique.

Dans le marché du quartier PK5 à Bangui, ce qui a longtemps été l'enclave musulmane de la capitale centrafricaine revit presque au même rythme qu'avant 2013. Pour Faki, un commerçant qui n'a plus remis les pieds à l'extérieur du quartier depuis maintenant quatre ans, il existe une priorité.

« L'impunité zéro, c'est ça qui est important, déclare-t-il. Il y a encore beaucoup d'exactions dans le pays. Et ça ne marche pas. Il faut que l'impunité zéro vienne pour que le pays reprenne son cours normal ».

Travail de la justice

Un peu plus loin dans le quartier, un centre d'écoute des victimes de la Séléka et des anti-balakas est géré par Malick Karomschi. Lui qui a 2 000 dossiers de plaintes attend surtout que la justice internationale fasse son travail.

« C'est un début, on a vu qu'Andilo a été condamné, que les Sélékas ont été condamnés, mais ça continue, affirme-t-il. Il faudrait que le reste, que les auteurs et les co-auteurs, les patrons, qui ont commandité tous ces plans, il faudrait que ça se passe dans le même sens. Là maintenant, on est en train de rédiger des plaintes pour adresser à la CPS [Cour pénale spéciale] et à la CPI [Cour pénale internationale] ».

Olga, une jeune étudiante du quartier Fou, estime, elle, que c'est au gouvernement de montrer sa bonne foi. « Il y a beaucoup de choses que le gouvernement doit changer : la corruption et ensuite, de mettre en place la paix et la cohésion entre nous, citoyens », estime-t-elle.

Dans les mois à venir, la Cour pénale spéciale (CPS), chargée d'enquêter sur les crimes de guerre et contre l'humanité, devrait être effective, afin que les atrocités de la crise soient enfin jugées.