Gabon: Veolia accusée de pollution, une ONG réclame une enquête

Une vue aérienne de Libreville au Gabon.
© ©Bajan28/creativeCommons

Au Gabon, la société civile commence à réagir dans l'affaire Veolia-Etat gabonais. Jeudi, l'ONG Croissance saine environnement (CSE) a commenté, lors d'une conférence de presse, les affirmations du gouvernement gabonais qui accuse Veolia d'avoir pollué des cours d'eau au Gabon.

Durant sa conférence, l'ONG Croissance saine environnement n'a pas souhaité s'ingérer dans la polémique sur la rupture du contre de Veolia au Gabon. Nicaise Moulombi, président de l'ONG : « Le conflit né aujourd’hui est tout simplement la conséquence du flou qui a existé dans la signature de ce contrat en 2007 jusqu’en 2018. A cause de ce flou qui existe, nous demandons au gouvernement gabonais et à Veolia de publier l’entièreté de leur contrat, y compris les annexes confidentielles. »

En revanche, Croissance saine environnement est ravie d'entendre le gouvernement accuser Veolia d'avoir pollué plusieurs sites de pompage d'eau. Cette ONG dénonçait les pratiques environnementales peu orthodoxes de Veolia au Gabon depuis 2004.

L’ONG va enquêter

Mais pour ne pas condamner gratuitement le groupe français, l'ONG demande la mise en place d'une commission pour faire la lumière sur les présumés crimes environnementaux dénoncés par le gouvernement : « Nous demandons une commission quadripartite, c’est-à-dire l’Etat gabonais-Veolia-Croissant saine environnement et les collectivités locales parce que le pays, la population, la biodiversité ont besoin d’être rassurés. Donc nous avons besoin d’aller au fond. »

Dans une réaction adressée à RFI, Veolia reconnaît qu'en 20 ans de présence au Gabon, il y a eu une seule pollution, à Oyem au nord du pays. Il soutient que le site a été dépollué par des professionnels internationaux. Aucune contre-expertise n'avait été réalisée, déplore Croissance saine environnement qui avait alerté l'opinion sur cette pollution.

La Banque africaine de développement a attribué l'année dernière un don de près d'un milliards de francs CFA à Croissance saine environnement pour lutter contre la pollution autour des sites industriels. L'ONG souhaite investir une partie des fonds dans l'enquête sur le cas Veolia.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.