Emmanuel Macron nomme un binôme pour la restitution des œuvres africaines

Emmanuel Macron et Patrice Talon le 5 mars à l'Elysée.
© Etienne LAURENT / POOL / AFP

En visite en France, le président béninois Patrice Talon a rencontré ce lundi 5 mars son homologue Emmanuel Macron. Cinq dossiers-clés ont été évoqués, en particulier, celui de la restitutions des biens culturels donnés ou pillés pendant la colonisation.

C'est désormais à Bénédicte Savoy et Felwine Sarr que revient la charge d'étudier la restitution à des pays africains des œuvres d'art actuellement en France. L'historienne d'art, membre du Collège de France, et l'écrivain et universitaire sénégalais ont jusqu'à novembre prochain pour rendre leur avis. Ils devront notamment examiner les conditions dans lesquelles ces œuvres pourront être rapatriées puis protégées dans leurs pays d'origine.

« Je me suis engagé afin que d'ici cinq ans les conditions soient réunies pour que des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique, a rappelé le chef de l'Etat français. Je souhaite aussi que nous puissions travailler dès à présent avec vous, cher président Talon, sur une plus grande circulation des oeuvres entre nos deux pays. »

Pour l'instant, la loi française ne permet pas ce type de restitution de manière définitive, mais Emmanuel Macron avait promis en novembre dernier à Ouagadougou d'agir en ce sens. Patrice Talon réclame depuis 2016 la restitution de ces biens. Une demande qu'il avait formellement adressée à la France et que le précédent gouvernement avait rejetée. « Ce qui nous intéresse c'est de pouvoir présenter notre offre touristique, patrimoniale (...) Ces biens qui matérialisent les relations historiques entre les peuples du Dahomey, des royaumes du golfe de Guinée d'entre temps ne se mettent pas dans un sentiment de conflit, de revendications absolues », a déclaré le président Talon.

Education, santé, tourisme

Quatre autres annonces ont été faites à l'issue de la rencontre entre les deux présidents.

Premièrement, la France financera à hauteur de 175 millions d'euros un futur centre hospitalier à Abomey, au Bénin.

En outre, 108 millions d'euros seront alloués l'Agence française de développement à Cotonou et trois autres villes. Par ailleurs, l'AFD investira dans le secteur touristique : 43 millions d'euros serviront au réaménagement de la cité lacustre de Ganvié, la Venise de l'Afrique, dans le sud du pays.

Enfin, l'AFD soutiendra également des projets liés à l'éducation et à la formation, dont le montant n'a pas été précisé.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.