Côte d'Ivoire: colère et émotion après le meurtre rituel d'un enfant de 4 ans

Une vue du quartier de Cocody à Abidjan, où a été retrouvé le corps du petit Bouba (image d'illustration).
© AFP/SIA KAMBOU

#JesuisBouba domine les réseaux sociaux depuis quelques jours en Côte d'Ivoire. Bouba est le nom d'un petit garçon de 4 ans, sauvagement assassiné à Abidjan pour les besoins d'un sacrifice rituel. Ce genre de drame n'a rien de nouveau dans le pays, mais cette fois l'affaire suscite une profonde indignation, jusqu'au sommet de l'Etat.

C'est actuellement le portrait le plus connu de Côte d'Ivoire. Un jeune garçon souriant dans une chemise à carreaux bleus brandissant l'index et le majeur en V. Bouba, de son vrai nom Aboubacar Sidick Traoré, était porté disparu depuis le week-end du 24 février.

Résident du quartier de Williamsville dans le centre d'Abidjan, l'enfant de 4 ans a été retrouvé à Cocody-Angré, dans l'est de la ville, son corps enterré, les membres ligotés, la gorge tranchée.

La dépouille a été retrouvée grâce aux indications d'Etienne Sagno, un bijoutier de 27 ans. Dans un interrogatoire de la police filmé de nuit sur le lieu même où a été découvert le petit Bouba, il confesse être l'assassin et détaille son mode opératoire macabre. La raison de cette barbarie : l'espoir d'être riche en sacrifiant un être humain.

Le bijoutier révèle que c'est un marabout qui lui a dicté ces consignes nécessaires, selon lui, pour rendre le sacrifice efficace. D'après la police, cela faisait quelques années qu'aucun cas de sacrifice rituel ne lui avait été rapporté. Mais ces dernières semaines, plusieurs cas de disparitions d'enfants ont été signalés.

La mort de Bouba a provoqué une vague de colère dans le pays. Le gouvernement ivoirien, et même la première dame Dominique Ouattara, ont partagé leur peine sur les réseaux sociaux. Samedi dernier, une marche silencieuse a réuni des dizaines de personnes à Cocody-Angré au slogan de « Plus jamais ça ! »

De source policière, les cinq membres d'un groupe criminel organisé ont été arrêtés, deux ont été déférés au parquet. Le marabout est toujours en fuite.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.