Rencontre de la coopération entre Madagascar et la France à Antananarivo

Une photo d'Antananarivo lors du sommet de la Francophonie en 2016.
© GIANLUIGI GUERCIA / AFP

Douze ans que cela ne s'était plus produit. Jusqu'à ce mercredi soir à Antananarivo, se tiennent les 2èmes Assises de la coopération décentralisée entre Madagascar et la France. L'occasion pour plus de 300 élus et représentants locaux malgaches de toute l'île de rencontrer les quelque 230 membres de la délégation française. Objectif pour les deux pays : pérenniser les liens existants, réinventer une coopération internationale de plus en plus difficile à justifier auprès des citoyens français et si possible, créer de nouveaux partenariats entre collectivités territoriales.

Côté malgache, les attentes sont réelles. Seulement 13 des 22 régions ont développé une coopération avec une collectivité française. Alors sur les stands, on affiche ses atouts pour attirer des partenaires potentiels.

Derrière des paniers remplis de crevettes, Antonio Ralaisabotsy, représentant du Melaky, une région côtière de l'ouest de l'île, accoste les participants. Il aimerait bien conclure des jumelages avec des villes françaises. « Nous n'avons pas encore de coopération. Nous espérons trouver un partenaire avant la fin de ces assises. Notre priorité, ça serait pour l'éducation. Car en Melaky, beaucoup de personnes ne savent ni lire ni écrire, et c'est un problème pour notre développement. »

« Important d'avoir une coopération décentralisée »

Pour les délégations françaises, l'heure est aussi au bilan. Quels partenariats fonctionnent ? Quels sont ceux qu'il faut améliorer ? Car comme le rappelle Isabelle Boudineau, vice-présidente à l'international de la région Nouvelle Aquitaine (partenaire de la région Itasy dans l'appui à la professionnalisation du monde paysan), les résultats des élections régionales en décembre 2015 en France et la baisse des dotations ont fait apparaître de nouvelles contraintes.

« L'autre enjeu de ces assises, c'est de faire passer le message que: ' on souhaite beaucoup rester ici, à Madagascar ', même si c'est de plus en plus difficile à justifier en France. Donc il y a de la pédagogie à faire auprès de l'opinion de sa propre région pour expliquer qu'il est important d'avoir une coopération décentralisée et d'aider d'autres pays à se développer. »

En 2016, Madagascar a bénéficié de près de 4,3 millions d'euros de la part de la coopération française, principalement pour financer des projets d'assainissement, d'adduction d'eau potable ou de gestion des déchets.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.