RCA: le HCR dénonce des dérives extrémistes à Kaga-Bandoro

(Photo d'illustration) Un casque bleu pakistanais monte la garde dans un camp de déplacés de Kaga-Bandoro, le 19 octobre 2016, quelques jours après les violences qui ont fait plus de 30 morts en Centrafrique.
© EDOUARD DROPSY / AFP

Un document public du Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) fait état de dérives extrémistes à Kaga-Bandoro, dans le nord de la Centrafrique, dirigé par le MPC du général Al-Khatim. Des couples issus de religions différentes seraient obligés de se convertir depuis plusieurs semaines.

A Kaga-Bandoro, depuis plusieurs semaines, des parents se plaindraient à Al-Khatim que leurs filles ont été sexuellement abusées par certains de ses éléments, qui seraient incontrôlés selon le groupe armé.

En réponse à ces plaintes, le MPC, qui contrôle la partie nord de la ville et les axes alentour, exige des jeunes filles qu'elles se marient avec leur agresseur et qu'elles se convertissent à l'islam. En cas de refus, celles-ci sont dépouillées de leurs biens et parfois battues. Ce que réfute le groupe armé. Amada Chaïbou, le vice-président du MPC, admet vouloir lutter, selon ses propres termes, « contre le vagabondage sexuel ».

Toujours est-il que plusieurs couples mixtes ont décidé de fuir ce quartier pour aller se réfugier de l'autre côté de la ville, là où plus de 20 000 déplacés vivent déjà aux abords du camp de la Minusca. Selon des témoins sur place, des femmes, et des hommes ont été admis à l'hôpital en raison des coups qui ont été infligés par des éléments MPC.

« Un système de justice parallèle »

Lors de sa conférence hebdomadaire, la Minusca a jugé inacceptable cette initiative du MPC de mettre en place « un système de justice parallèle, contraire à la Constitution de la Centrafrique ».

Le groupe armé se défend de vouloir instaurer une justice populaire alors que celui-ci est affaibli dans cette région et cherche de nouveaux moyens de subsistance. De son côté, le sous-préfet de Kaga-Bandoro estime, lui, que s'il y a eu des dérives ces dernières semaines, les choses sont en train de se résoudre dans la ville.

A (RE)LIRE → L'ONU veut sanctionner les incitations à la haine en Centrafrique

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.