Face à l'influence chinoise, Tillerson réaffirme les liens avec Djibouti

Lors d'une visite rapide à Djibouti, Rex Tillerson a rencontré le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh
© REUTERS/Jonathan Ernst TPX IMAGES OF THE DAY

Rex Tillerson a effectué une visite éclair de quelques heures ce vendredi matin, le 9 mars, à Djibouti. Le secrétaire d’Etat américain a rencontré le président djiboutien Ismaïl Guelleh et le ministre des Affaires étrangères Mahmoud Ali Youssouf. Il a été question de sécurité et de coopération. Rex Tillerson a réitéré l’importance de la coopération avec Djibouti pour lutter contre le terrorisme sur le continent. Et il a remercié Djibouti d’accueillir la plus importante base américaine sur le continent.

Pour les Etats-Unis, la coopération avec Djibouti est vitale. 4000 soldats américains y sont basés. C’est de là que sont lancées les opérations antiterroristes américaines, ainsi que les opérations contre les pirates en mer rouge.

Mais Washington s’inquiète. Le mois dernier, Djibouti a mis fin au contrat d’exploitation de son port avec une société de Dubai. Et pourrait en transférer l’exploitation à une société chinoise. Pékin a d’ailleurs ouvert l’année dernière à Djibouti sa première base militaire à l’étranger.

Les Etats-Unis ont clairement exprimé leurs craintes : ils s’inquiètent des conséquences d’un contrôle chinois du port sur le ravitaillement de leur base militaire. Le sujet n’a pas été évoqué lors de la conférence de presse donnée par le secrétaire d’Etat américain et son homologue djiboutien ce matin.

Mais sur Twitter le ministre Mahmoud Ali Youssouf est revenu sur le sujet, affirmant que la présence des soldats américains dans le pays sert les intérêts de la paix et de la sécurité, que la Chine n’est pas un obstacle à ces objectifs et que le port de Doraleh reste à 100% la propriété de Djibouti. Un message clair qui se veut rassurant pour Washington.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.