Paul Brockmann (MSF): hausse des «consultations pour violences sexuelles en RCA»

A Bangui, le 25 novembre 2013, des femmes manifestent contre les violences dont elles sont victimes.
© AFP PHOTO / PACOME PABANDJI

Le 3 mars dernier, dix survivantes d’un viol de masse ont été emmenées et prises en charge à l'hôpital de Bossangoa, dans le nord-ouest de la République Centrafricaine. Selon Paul Brockmann, chef de mission pour l'organisation Médecin Sans Frontières à Bangui, les chiffres des violences sexuelles sont en augmentation dans le pays.

Selon les témoignages de plusieurs femmes, un viol de masse a été perpétré le 17 février dernier, par un groupe armé, près du village de Kiriwiri, à une cinquantaine de kilomètres de Bossangoa. Dix femmes se sont rendues à l’hôpital du Bassangoa, mais plusieurs autres victimes auraient préféré rester au village par peur des stigmatisations liées au viol.

« On voit cette année, depuis janvier, plus de patientes à Bangui qu’on en a vues l’année passée. On a ouvert un nouveau programme spécialisé qui ne cible que les victimes de violences sexuelles. On a déjà vu 147 victimes depuis fin décembre. Et cela est additionnel aux plus de 300 patientes qu’on a vus à l’hôpital Sika ici à Bangui par mois, plus ou moins 300 victimes par mois en janvier, février », détaille pour RFI Paul Brockmann, chef de mission pour l'organisation Médecin Sans Frontière à Bangui.

« De septembre à maintenant, on a vu 56 victimes à Bossangoa et je sais qu’entre janvier et août, l’an passé, on n’en a vu que 13. La question, c’est : avait-on autant de viols l’année passée, mais on ne savait pas qu’il fallait venir se faire soigner ? Ou est-ce que les chiffres augmentent ? Je pense que c’est très probablement les deux », a-t-il ajouté.

En octobre 2017, après plus de deux ans d'enquêtes, les chercheurs de l'ONG des droits de l'homme, Human Rights Watch, ont recensé des centaines de cas de viols commis par les différents groupes armés depuis le début de la crise en 2013.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.